Date: 2015-06-17

Gagnants de la catégorie francophone du Concours d’art oratoire national de CPF!

Date: 2015-06-11

Gagnants du niveau Immersion hâtive en français du Concours d’art oratoire national de CPF!

Date: 2015-06-10

Gagnants du niveau Immersion tardive en français du Concours d’art oratoire national de CPF!

Date: 2015-06-04

Gagnants du niveau Français de base du Concours d’art oratoire national de CPF!

Date: 2015-06-04

Gagnants de la catégorie Français de base enrichi du Concours d’art oratoire national de CPF!

Date: 2015-06-01

Treizième année réussie pour le Concours national d’art oratoire de CPF!

Date: 2015-05-15

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’adresse à l’Assemblée législative de l’Ontario; les ordres de gouvernement devraient en faire davantage pour soutenir les programmes d’immersion en français

Date: 2015-04-07

Canadian Parents for French célèbre le lancement réussi de son projet de chorale virtuelle de français langue seconde

Date: 2015-03-25

Canadian Parents for French reçoit un financement approuvé pour le renouvellement du project Québec “Meeting the Needs of English Minority Community Parents and Students in Quebec”

Date: 2015-01-28

Canadian Parents for French célèbre l’augmentation des inscriptions en immersion en français

Date: 2014-12-17

Canadian Parents for French encourage les responsables politiques à fournir un appui spécialisé pour les étudiants en difficulté d'apprentissage en immersion française

Date: 2014-11-13

Changement à venir au programme d'immersion précoce, dit Serge Rousselle Ministre de l'Éducation

Date: 2014-10-30

Nicole Thibault est choisie à titre de nouvelle directrice générale nationale de Canadian Parents for French

Date: 2014-10-08

Canadian Parents for French accueille favorablement le rapport annuel 2013 2014 du commissaire aux langues officielles

Date: 2014-09-17

CPF FAIT BON ACCUEIL À LA RÉPONSE DONNÉE PAR LE GOUVERNEMENT DU CANADA AU RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT DES LANGUES OFFICIELLES : LES PROGRAMMES D’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS LANGUE SECONDE AU CANADA : ÉTAT DES LIEUX

Date: 2013-12-03

CPF félicite le gouvernement du Canada pour les réalisations de ses programmes d’appui aux langues officielles

Date: 2013-05-29

Le bilinguisme français-anglais vraiment en décline?

Date: 2013-05-27

Annonce des lauréats du 11e annuel Concours national d’art oratoire de CPF

Date: 2013-04-18

« #Le Français » est une réussite !

Date: 2013-04-17

CPF choisit les gagnants du fonds commémoratif national en hommage à la défunte enseignante Mary Joyce Booth

Date: 2013-04-16

Des représentants de Canadian Parents for French rencontrent les membres du Comité permanent des langues officielles du Sénat

Date: 2013-02-21

Lettre ouverte aux candidats de la course au Leadership du Partie Libéral

Date: 2012-11-26

Canadian Parents for French applaudit "Après la feuille de route"

Date: 2012-11-06

Recensement 2011 – Les nombres positifs dans les minorités de langue officielle dans le marché du travail

Date: 2012-10-26

Recensement 2011 – Accroissement du nombre de Canadiens bilingues

Date: 2012-10-19

Un rapport de recherche réclame un soutien accru pour les élèves avec des difficultés d'apprentissage dans les programmes de français langue seconde

Date: 2012-05-29

Annonce des lauréats du Concours national d’art oratoire de CPF 2012

Date: 2012-05-25

Avis de média: Chacun des cinq lauréats du concours national d’art oratoire en langue française recevra une bourse d’études de 20 000$

Date: 2012-01-13

Lettre au l'honorable James Moore conçernant le CBC/Radio-Canada

Date: 2011-10-11

Canadian Parents for French en assemblée générale annuelle nationale le 15 octobre à Charlottetown (Avis de média)

Date: 2011-07-19

Robert Rothon choisi comme nouveau directeur général national de Canadian Parents for French

Date: 2011-06-22

Voici mon Canada (Un lettre de directeur général de CPF, M. James Shea)

Date: 2011-06-21

Le concours Allons en France 2011 accorde un voyage en France à une étudiante canadienne

Date: 2011-05-30

Annonce des lauréats du Concours national d'art oratoire de CPF 2011

Date: 2011-04-29

CPF demande l'annulation de la décision du CBE

Date: 2011-03-23

Concours « Français pour mon succès » : découvrez les gagnants de la cuvée 2011!

Date: 2010-10-19

Des diplômés des cours d’immersion à la barre de Canadian Parents for French

Date: 2010-10-15

Canadian Parents for French publie un rapport de recherche relativement au soutien offert aux programmes de français langue seconde

Date: 2010-05-27

Canadian Parents for French (CPF) et l’Université d’Ottawa sélectionnent cinq étudiants canadiens pour recevoir une bourse d’études de 20 000 $

Date: 2010-05-27

Canadian Parents for French (CPF) et l’Université d’Ottawa sélectionnent cinq étudiants canadiens pour recevoir une bourse d’études de 20 000 $

Date: 2009-10-30

Un rapport de recherche constitue une étape importante pour répondre aux besoins linguistiques postsecondaires des étudiants

Date: 2009-09-11

Canadian Parents for French pleure la disparition de M. Wallace Lambert

Date: 2009-09-11

Canadian Parents for French appuie avec fierté la signature du Protocole des langues officielles dans l’enseignement

Date: 2009-06-02

Bourses de 20 000 $ accordées à cinq étudiants canadiens pour excellence en art oratoire

Date: 2009-06-02

Trois étudiants se voient décerner le grand prix du concours Allons en France 2009 : un voyage de dix jours en France

Date: 2009-05-26

« Un espace commun » constitue un objectif important pour l’avenir du Canada

Date: 2009-03-18

Une vidéo de CPF fait la promotion d’une saine identité bilingue

Date: 2009-02-04

40 ans de bilinguisme constituent un droit plutôt qu’un fardeau

‹ Back

Gagnants de la catégorie francophone du Concours d’art oratoire national de CPF!


OTTAWA — Le 30 mai, 35 étudiants du secondaire de l’ensemble du Canada se sont rassemblés à Ottawa dans le cadre du Concours d’art oratoire national de Canadian Parents for French (CPF).

Les étudiants s’affrontaient dans cinq catégories allant du français de base à francophone et cette année, ils ont abordé les sujets de l’égalité entre les sexes, de l’adoption, de l’appréciation des moments forts de la vie et de l’apprentissage au-delà de la salle de classe.
La catégorie francophone s’adresse aux étudiants en français langue seconde qui parlent et comprennent le français comme s’il s’agissait de leur langue maternelle. Bien souvent un ou deux de leurs parents parlent le français de façon régulière ou ont récemment habité dans une communauté francophone pour au moins un an.

Les gagnants de la catégorie de niveau 5, francophone,

1er Imane Marrakchi de Winnipeg, MB
2e Charles Hubert-Favreau de Vancouver, C.-B.
3e Emily Michaud de Dartmouth, N.-E.

« Ces étudiants ont travaillé d’arrache-pied pour rédiger et présenter leurs allocutions. Ils ont discuté de leurs sujets qui leur tiennent à cœur et ont eu l’occasion de partager leur passion au niveau de la classe, de l’école, du conseil, de la province ou du territoire et à l’échelle nationale, » de dire le président de CPF, Philip Fenez. « Et grâce à ces expériences, ils ont fait de nouveaux amis, ce qui les encourage à trouver des moyens de continuer à se servir de leur compétence en français. »

Les noms des gagnants des cinq catégories ont maintenant été annoncés. Ils figurent sur notre site Web au cpf.ca. Nous sommes fiers de tous les participants, car ils témoignent du bienfait des programmes de français langue seconde offerts au Canada.

Le Concours d’art oratoire attire des étudiants de l’ensemble du Canada pour une compétition qui offre plus de 500 000 $ en bourses de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’Université Sainte-Anne et de l’Université de Saint-Boniface.

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d’apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens.

Pour information:
Shaunpal Jandu, responsable des projets et affaires publiques
Tél. : (613)235-1481, poste 222, adresse de courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Gagnants du niveau Immersion hâtive en français du Concours d’art oratoire national de CPF!

OTTAWA — Le 30 mai, trente-cinq étudiants du secondaire de l’ensemble du Canada sont venus à Ottawa afin de participer au Concours d’art oratoire national de Canadian Parents for French (CPF).

Les étudiants se sont affrontés dans cinq catégories qui vont de Français de base à Francophone et cette année, ils ont parlé de sujets incluant l'égalité des sexes, l’adoption, l’appréciation des beaux moments de la vie et l’apprentissage au-delà de la salle de classe.

Les gagnants du niveau 4 – Immersion hâtive en français sont:

1re place Margot Ghersin, d’Ottawa (Ontario)
2e place Madeline Arthur, de Vancouver (Colombie-Britannique)
3e place Andréa Rondeau-Brown, de Winnipeg (Manitoba)

L’immersion en français est un programme d’apprentissage du français comme langue seconde dans lequel le français est la langue d’enseignement pour plusieurs matières au cours d’une partie importante de la journée; l’immersion hâtive en français est un programme d’immersion en français qui commence typiquement à la maternelle ou en première année.

« Il est incroyable de penser que ces étudiants rédigent et prononcent leurs propres discours, mais de penser qu’ils le font dans leur deuxième langue est tout simplement renversant! », souligne le président de CPF, Philip Fenez. « L’exposé de Mlle Ghersin sur « l’école de la vie » fait écho à la position de Canadian Parents for French voulant que l’apprentissage ne se déroule pas seulement en salle de classe, mais également dans la vie de tous les jours. C’est la raison pour laquelle une partie de notre mission est de créer et de promouvoir des occasions, telles que le Concours d’art oratoire, qui permettent aux élèves de pratiquer leur français à l’extérieur de la salle de classe. »

Les noms des gagnants des différentes catégories seront annoncés au cours des prochaines semaines. Nous sommes fiers de tous les participants, car ils illustrent parfaitement les avantages des programmes d’apprentissage du français comme langue seconde au Canada.

Le programme du Concours d’art oratoire attire des étudiants de partout au Canada qui prennent part à un concours offrant plus de 500 000 $ en bourses d’études de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de la University of Prince Edward Island, de l’Université Sainte-Anne et de l’Université de Saint-Boniface.

Canadian Parents for French est le réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada.

Renseignements:
Shaunpal Jandu, Responsable des projets et affaires publiques
Téléphone : 613-235-1481 poste 222, courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Gagnants du niveau Immersion tardive en français du Concours d’art oratoire national de CPF!


OTTAWA — Le 30 mai, trente-cinq étudiants du secondaire de l’ensemble du Canada sont venus à Ottawa afin de participer au Concours d’art oratoire national de Canadian Parents for French (CPF).

Les étudiants ont participé à cinq catégories qui vont du français de base au français langue maternelle et, cette année, ils ont abordé des sujets allant de l’égalité des sexes à l’adoption, l’appréciation des moments forts de la vie et l’apprentissage au-delà de la salle de classe.

Les gagnants du niveau 3 – Immersion tardive en français sont :

1re place Kirianne Ashley, de Yellowknife (T.N.-O.)
2e place Kayla Peters, de Winnipeg (Manitoba)
3e place Zachary Besler, de Richmond (Colombie-Britannique)

L’immersion en français est un programme d’apprentissage du français comme langue seconde dans lequel le français est la langue d’enseignement pour plusieurs matières au cours d’une partie importante de la journée; l’immersion tardive en français est un programme d’apprentissage du français comme langue seconde qui commence en sixième année ou plus tard.

« Il est incroyable de penser que ces étudiants rédigent et donnent non seulement leurs propres discours, mais qu’ils le font dans leur deuxième langue est tout simplement renversant! souligne le président de CPF, Philip Fenez. Mlle Ashley est une preuve qui démontre bien que lorsque l’exposition au français est accrue, les capacités langagières en français des élèves s’améliorent. Fournir l’accès à de solides programmes d’apprentissage du français comme langue seconde dans les régions éloignées est une façon importante de partager les avantages du bilinguisme avec tous les élèves au Canada. »

Les noms des gagnants des différentes catégories seront annoncés au cours des prochaines semaines. Nous sommes fiers de tous les participants, car ils illustrent parfaitement les avantages des programmes d’apprentissage du français comme langue seconde au Canada.

Le programme du Concours d’art oratoire attire des étudiants de partout au Canada qui prennent part à un concours offrant plus de 500 000 $ en bourses d’études de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’Université Sainte-Anne et de l’Université de Saint-Boniface.

Canadian Parents for French est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d’apprentissage du français langue seconde pour les jeunes du Canada.

Renseignements
Shaunpal Jandu, responsable des projets et affaires publiques
Téléphone : 613-235-1481 poste 222, adresse de courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Gagnants du niveau Français de base du Concours d’art oratoire national de CPF!

OTTAWA — Le 30 mai, 35 élèves du secondaire de l’ensemble du Canada sont venus à Ottawa afin de participer au Concours d’art oratoire national de Canadian Parents for French (CPF).

Les élèves ont participé à cinq catégories qui vont de Français de base à Francophone et cette année, ils ont parlé de sujets qui comprenaient l’égalité des sexes, l’adoption, l’appréciation des beaux moments de la vie et l’apprentissage au delà de la salle de classe.

Voici les gagnants du niveau 1 – Français de base:

1re Tehzeeb Sayed d’Edmonton, en Alberta
2e Sophia Luo de Burnaby, en Colombie Britannique
3e Siyu Chen de Milton, en Ontario

Le programme de Français de base (Core French) est axé sur le français enseigné comme sujet pour une période chaque jour ou pour plusieurs périodes chaque semaine; il est aussi appelé Français de base (Basic French) au Manitoba et FSL en Alberta. Tous ces élèves ont passé un temps limité à apprendre le français à l’école; souvent, pas plus de 2 heures par semaine.

« Il est incroyable de penser que ces élèves rédigent et donnent leur discours, mais de penser qu’ils le font dans leur deuxième langue est étonnant!, indique le président de CPF, Philip Fenez. Lorsque j’écoutais le discours de la gagnante pendant la cérémonie de remise des prix, je ne revenais pas du point auquel elle parlait bien, de la clarté de ses idées et de la profondeur de son message. Il était difficile de croire que Mlle Sayed était en Français de base alors qu’elle parlait avec éloquence sur son sujet. »

Les noms des gagnants des différentes catégories seront annoncés au cours des prochaines semaines. Nous sommes fiers de tous les participants puisqu’ils témoignent tous des avantages que procurent des programmes d’apprentissage de français langue seconde dans l’ensemble du Canada.

Le programme du Concours d’art oratoire attire des élèves de l’ensemble du Canada dans la compétition qui offre plus de 500 000 $ en bourses d’études de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de la University of Prince Edward Island, de l’Université Sainte Anne et de l’Université de Saint Boniface.

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d’apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens.

Renseignements:
Shaunpal Jandu, Responsable des projets et affaires publiques
Téléphone : 613 235 1481 poste 222, courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Gagnants de la catégorie Français de base enrichi du Concours d’art oratoire national de CPF!


OTTAWA — Le 30 mai, trente-cinq étudiants du secondaire de l’ensemble du Canada sont venus à Ottawa pour participer au Concours d’art oratoire national de Canadian Parents for French (CPF).

Les étudiants se regroupaient dans cinq catégories qui vont du Français de base à Francophone. Cette année, ils ont abordé des sujets incluant l’égalité des sexes, l’adoption, l’appréciation des beaux moments de la vie et l’apprentissage de Français à l’extérieur de la salle de classe.

Les gagnants dans la catégorie Français de base enrichi, niveau 2 sont:

1e place Pol Ferreres-Garcia représentant Winnipeg (Manitoba)
2e place Amirthan Sothivannan d’Ottawa (Ontario)
3e place Rachel Field de Halifax (Nouvelle-Écosse)

Le programme de français de base enrichi est un programme de FLS conçu pour donner une plus grande exposition au français que le programme de français de base. Le français est la langue d’enseignement pour une ou plusieurs matières (p. ex., les études sociales, l’éducation physique) en plus du français de base.

« Il est incroyable de penser que ces étudiants rédigent et prononcent non seulement leurs propres discours, mais le fait qu’ils le fassent dans leur deuxième langue est tout simplement renversant! », souligne le président de CPF, Philip Fenez. « M. Ferreres-Garcia est originaire d’Espagne, et le fait de venir au Canada, de participer à un concours dans sa troisième langue sur un thème qui lui tenait tant à cœur, soit l’adoption de sa petite sœur du Mali, était très émouvant et tout simplement incroyable! »

Les noms des gagnants des différentes catégories seront annoncés au cours des prochaines semaines. Nous sommes fiers de tous les participants, car ils illustrent parfaitement les avantages des programmes d’apprentissage du français comme langue seconde.

Le programme du Concours d’art oratoire attire des étudiants de partout au Canada qui prennent part à un concours offrant plus de 500 000 $ en bourses d’études de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, de l’Université Sainte-Anne et de l’Université de Saint-Boniface.

Canadian Parents for French est le réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada.

Renseignements:
Shaunpal Jandu, Responsable des projets et affaires publiques
Téléphone : 613-235-1481 poste 222, courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Treizième année réussie pour le Concours national d’art oratoire de CPF!


OTTAWA — Canadian Parents for French (CPF) est heureux d’annoncer la réussite du Concours national d’art oratoire de 2015. Les présentations ont eu lieu le samedi 30 mai, à Ottawa, en Ontario.

Le Concours d’art oratoire attire des étudiants de l’ensemble du Canada pour une compétition qui offre plus de 500 000 $ en bourses de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Moncton, de l’Université de l’Île du Prince-Édouard, de l’Université Sainte-Anne et de l’Université de Saint Boniface. De plus, un participant chanceux s’est vu remettre un cadeau spécial de l’ambassade de France, à Ottawa : un séjour éducatif de deux semaines à Royan, en France!

Cette année, 35 finalistes dans cinq catégories ont été accueillis à Ottawa après avoir remporté les championnats provinciaux ou territoriaux. Les étudiants s’affrontent dans cinq catégories allant du français de base au français langue maternelle et cette année, ils ont abordé des sujets allant de l’égalité des sexes à l’adoption, l’appréciation des moments forts de la vie et l’apprentissage outre la salle de classe.

« Le succès fulgurant du Concours, qui en est à sa treizième année et toujours en croissance, prouve que les étudiants canadiens souhaitent être bilingues, » de dire le président de CPF national, Philip Fenez du Manitoba. « Et pourquoi pas? Le bilinguisme leur ouvrira des portes culturelles et professionnelles, il enrichira leurs esprits et les verra devenir citoyens tant du Canada que du monde. Les jeunes sont intelligents et savent reconnaître les choses à leur juste valeur. »

Les participants ont passé deux nuits dans la capitale nationale où ils ont pu visiter plusieurs des attraits touristiques les plus populaires d’Ottawa, y compris une visite du Parlement, un repas traditionnel canadien-français à la cabane à sucre du Muséoparc Vanier, du magasinage au Centre Rideau et une randonnée hantée d’Ottawa offerte en français.
CPF reconnaît le soutien financier du gouvernement du Canada, les établissements postsecondaires pour leurs généreux dons en bourses, l’ambassade de France à Ottawa, Voyages Rideau Travel, Ecclesiastical Insurance, Marsh Canada Ltée et divers donateurs particuliers pour leur aide à présenter cet événement.

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour information:
Shaunpal Jandu, responsable des projets et des affaires publiques
Tél. : 613-235-1481, poste 222, adresse de courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’adresse à l’Assemblée législative de l’Ontario; les ordres de gouvernement devraient en faire davantage pour soutenir les programmes d’immersion en français

OTTAWA, ON - Le lundi 11 mai 2015, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est adressé à l’Assemblée législative de l’Ontario, un geste qui représentait une occasion de renforcer les liens sans cesse grandissants entre les deux provinces.

Le premier ministre Couillard a profité de l’occasion pour aborder de nombreuses questions sociales qui revêtent une importance pour le maintien de la prospérité des deux provinces. Sa mention de l’immersion en français et de la nécessité de soutenir ces programmes dans les provinces hors Québec étaient particulièrement dignes d’intérêt pour nous, à Canadian Parents for French.

Indiquant l’« atout extraordinaire » du français, l’une des langues officielles du Canada, M. Couillard a fait remarquer l’obligation que nous avons de protéger et de préserver cet héritage. Il a souligné la croissance exponentielle des programmes d’immersion en français qu’il a vue au cours des 40 dernières années, mais il a indiqué qu’il reste beaucoup à faire quant à la façon de s’assurer que les programmes d’immersion en français bénéficient des ressources nécessaires pour se développer.

Canadian Parents for French partage le même point de vue que le premier ministre Couillard et convient que, bien que des progrès remarquables aient été faits, ils sont paralysés dans diverses régions du pays, une question qui peut être abordée, selon nous, par un leadership de bonne volonté, une aide et un soutien de la part des gouvernements provinciaux et des conseils scolaires locaux. La présidente de Canadian Parents for French de l’Ontario, Mary Cruden, a exprimé notre espoir que cet événement exerce une certaine pression politique à l’égard de l’apprentissage du français langue seconde, en Ontario.

À titre d’organisme qui plaide en faveur de l’accès universel aux programmes d’apprentissage du français pour les élèves de partout au Canada, nous, le réseau pancanadien de Canadian Parents for French, exhortons les décideurs et les conseils scolaires à reconnaître les avantages incommensurables de la connaissance des deux langues officielles et de réagir. L’encouragement de la dualité linguistique au moyen de programmes d’immersion en français et de riches programmes de langue des signes française (LSF), non seulement aide à créer un meilleur avenir pour les jeunes du Canada, mais contribue également à la croissance et à la solidarité de notre nation.

Canadian Parents for French (www.cpf.ca) est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. L’organisme conçoit un Canada où les francophones et les anglophones vivent ensemble dans le respect mutuel, la compréhension et l’acceptation de leurs langues et de leurs cultures, et où la dualité linguistique fait partie intégrante de la société.

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French célèbre le lancement réussi de son projet de chorale virtuelle de français langue seconde

Montréal, QC – la semaine dernière, Canadian Parents for French, en collaboration avec l’Université Bishop’s, le Community Learning Centre Initiative et la Fédération québécoise des associations foyers-écoles, a lancé la première vidéo de LA PETITE SUITE QUÉBÉCOISE. Le projet achevé avec succès met en scène plus de 400 élèves et choristes jeunes et distingués des communautés d’expression anglaise et de leurs homologues français des quatre coins de la province qui chantent un pot-pourri de classiques québécois bien aimés. La chorale virtuelle de français langue seconde a permis non seulement de ramener la musique dans les écoles, mais aussi de rendre un hommage spécial au patrimoine culturel unique du Canada par le chant et la danse.

Vous pouvez voir la vidéo de la chorale virtuelle à l’adresse suivante : http://qc.cpf.ca/activities/youth-activities/virtual-choir/.
Les écoles et chorales participantes incluent: Pope Memorial Elementary School et la Chorale de l’église catholique Saint-Raphaël (Bury); Portneuf Elementary School (Cap-Santé); Gaspe Elementary School et Les Voix du Large (Gaspé); St. Paul Elementary School (Laval); Grosse Ile School, Chorale de Grande-Entrée et l’École Notre-Dame-de-Sacré-Cœur (Iles-de-la-Madeleine); Princess Elizabeth Elementary School (Magog); New Carlisle High School (New Carlisle); Chœur Walter (Montréal); Sherbrooke Elementary School, Les Oisillons et les Bishop’s University Singers (Sherbrooke); et Parkdale Elementary School (Ville-Saint-Laurent).

Nous aimerions remercier tout particulièrement le ministère du Patrimoine canadien et les efforts collectifs des bénévoles de Canadian Parents for French pour leur soutien extraordinaire envers la réussite du projet du Québec de cette année. Nous avons hâte d’étendre notre travail important en collaboration à d’autres régions et collectivités au cours des années à venir.

Canadian Parents for French (www.cpf.ca) est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. L’organisme conçoit un Canada où les francophones et les anglophones vivent ensemble dans le respect mutuel, la compréhension et l’acceptation de leurs langues et de leurs cultures, et où la dualité linguistique fait partie intégrante de la société.

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French reçoit un financement approuvé pour le renouvellement du project Québec “Meeting the Needs of English Minority Community Parents and Students in Quebec”

Ottawa, ON - Canadian Parents for French aimerait remercier le ministère du Patrimoine canadien, Programmes d’appui aux langues officielles, pour sa contribution continue au Projet Québec de CPF “Meeting the Needs of English Minority Community Parents and Students in Quebec”.

Ce soutien financier permet à Canadian Parents for French (CPF) d’aider les étudiants et les parents dans la communauté minoritaire anglophone du Québec tout en respectant notre mandat de champion en offrant des occasions d’apprendre et à utiliser le français pour tous ceux établis au Canada. En raison de la contribution continue, nous avons été en mesure d'accomplir beaucoup dans la dernière année, y compris l'établissement de partenariats avec les institutions et organisations telles que LEARN Québec, les centres d'apprentissage communautaires, l'Université Bishop, la Quebec Federation of Home and School Associations et le Quebec Community Groups Network (QCGN). Avec l'aide de ces partenaires, le CPF était en mesure d'exécuter un projet de chorale FLS virtuel qui a réuni plus de 400 élèves des écoles primaires anglophones et francophones avec les chorales communautaires pour célébrer la dualité linguistique du Canada grâce à un potpourri de chansons traditionnelles francophones. L'activité a attiré une attention médiatique favorable, ainsi que une reconnaissance de l'excellence par la Commission scolaire Eastern Townships.

En plus des initiatives sur le terrain, CPF a également été invité à siéger sur le Comité du Forum du français pour l’avenir et de présenter à des groupes tels que le Conseil consultatif sur la Commission de l'éducation en langue anglaise. Ce parrainage a fourni une plateforme au sein de la communauté, ce qui nous permet de participer à plusieurs conférences telles que la Conférence dîner conversation du Centre d'apprentissage communautaire, l’AGA du Quebec Community Groups Network (QCGN), les Prix Goldbloom du QCGN, le congrès de l’Association québécoise des enseignants de français langue seconde (AQEFLS), le banquet de l’Association of Lifelong Learning, la Conférence de Quebec Federation of Home and School Associations et le congrès de l'Association provinciale des enseignantes et des enseignants.

Le soutien du ministère du Patrimoine canadien et les efforts collectifs des bénévoles de Canadian Parents for French continuent à avoir un impact énorme dans la province de Québec et nous sommes impatients de poursuivre notre travail important ensemble dans les années à venir.

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French célèbre l’augmentation des inscriptions en immersion en français

OTTAWA, ON – Canadian Parents for French et son partenaire, l’Association canadienne des professeurs d’immersion (ACPI), célèbrent l’augmentation des inscriptions en immersion en français dans l’ensemble du pays, comme l’indiquait le mois dernier Statistique Canada.

L’augmentation représente une grande victoire pour veiller à ce que les enfants canadiens aient tous accès à une variété de programmes de français, principe fondamental de Canadian Parents for French, ses membres et ses partenaires.

Cette croissance s’est davantage manifestée dans des provinces comme l’Alberta, l’Ontario et la Colombie-Britannique qui ont connu, au cours des dernières années, une croissance considérable du taux d’inscription des élèves dans des programmes d’immersion en français.
Si Canadian Parents for French considère que l’intérêt accru et la tendance en matière d’inscription constituent des facteurs encourageants, nous reconnaissons qu’il reste beaucoup à faire pour réduire l’écart entre l’offre et la demande. La langue et la culture françaises font partie intégrante du Canada. Chaque enfant devrait avoir un accès équitable aux programmes de français langue seconde de qualité de son choix afin de pouvoir participer pleinement au développement économique et social du Canada.

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French encourage les responsables politiques à fournir un appui spécialisé pour les étudiants en difficulté d'apprentissage en immersion française

Ottawa, ON - Le 3 décembre dernier, la communauté internationale s’est réunie pour célébrer la Journée internationale des personnes handicapées. En tant qu’organisation qui milite fièrement pour l’accès équitable à l’enseignement du français comme langue seconde pour tous les élèves canadiens, la reconnaissance des besoins des élèves qui éprouvent des difficultés d’apprentissage demeure un enjeu de grande importance.

Alors que nous continuons de reconnaître les droits des personnes qui éprouvent des difficultés d’apprentissage autour du monde, Canadian Parents for French encourage les ministères de l’éducation, les conseils scolaires et les éducateurs à offrir les services d’éducation de l’enfance en difficulté à tous les élèves aux prises avec des difficultés d’apprentissage, afin qu’ils puissent aussi profiter des avantages scolaires, cognitifs et professionnels du bilinguisme.

En s’ouvrant à la diversité, le Canada reconnaît le potentiel de tous les Canadiens et Canadiennes et les encourage à s’intégrer à leur société et à participer activement à la vie sociale, culturelle, économique et politique. Les Canadiens et Canadiennes devraient s’efforcer d’éliminer toute forme de discrimination de la société. Il est donc essentiel de ne pas passer sous silence la discrimination dont font l’objet les élèves canadiens en raison de la façon dont ils apprennent. Fraser, Graham (2012) Proceedings of the Canadian Parents for French Roundtable on Academically Challenged Students in French-Second-Language Programs, Canadian Parents for French, Ottawa http://cpf.ca/en/files/NEW-CPF-Roundtable-Proceedings-jh-2-3.pdf

Des éducateurs bien-intentionnés refusent souvent de permettre à des élèves en difficulté de s’inscrire à des programmes d’immersion en français ou les incitent fortement de ne pas le faire. Ils croient, à tort, que des élèves aux prises avec des difficultés d’apprentissage ne pourront pas réussir en immersion en français, ou que les fonds pour soutien spécialisé doivent uniquement servir aux élèves des programmes anglais réguliers. Effectivement, certains administrateurs scolaires suggèrent que l’élève serait bien mieux servi par les services d’éducation de l’enfance en difficulté du programme anglais et indiquent aux parents que le fait d’offrir un soutien en immersion en français et en éducation de l’enfance en difficulté constituerait un « cumul d’avantages ». Wise, Nancy (2012) Proceedings of the Canadian Parents for French Roundtable on Academically Challenged Students in French-Second-Language Programs, Canadian Parents for French, Ottawa.http://cpf.ca/en/files/NEW-CPF-Roundtable-Proceedings-jh-2-3.pdf

Les recherches sur l’acquisition d’une langue seconde ont démontré que les élèves aux prises avec des difficultés d’apprentissage ne sont pas handicapés par action différentielle en immersion en français : ils réussissent au même niveau en immersion en français qu’ils le feraient dans un programme régulier.

Les recherches menées démontrent également que les enseignants qui ont eu une formation initiale ou en cours d’emploi peuvent, et en fait adoptent des stratégies d’enseignement qui avantagent non seulement les élèves en difficulté d’apprentissage, mais tous les élèves, toutes habiletés scolaires confondues. Malheureusement, les possibilités de perfectionnement professionnel pour enseignants en immersion en français se font rares. Pellerin, Martine (2013) E-Inclusion in Early French Immersion, Canadian Journal of Education 36, 1 (2013): 44-70 http://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje rce/article/viewFile/1186/1458

CPF encourage les décideurs à tirer profit des technologies d’aide existantes pour aider les élèves aux prises avec des difficultés d’apprentissage à atteindre leur plein potentiel. Cette approche promeut l’utilisation de technologies numériques pour appuyer, échafauder et améliorer l’apprentissage non seulement pour les élèves en difficulté d’apprentissage, mais pour tous les élèves de chaque salle de classe. Pellerin, Martine (2013) E-Inclusion in Early French Immersion, Canadian Journal of Education 36, 1 (2013): 44-70 http://journals.sfu.ca/cje/index.php/cje rce/article/viewFile/1186/1458

Trois décennies de recherches sur l’enseignement du français langue seconde ont démontré de façon constante que les élèves en difficulté d’apprentissage peuvent réussir en immersion en français et les défenseurs des langues officielles ont déterminé qu’il est nécessaire d’appuyer leurs efforts. Cependant, les pratiques d’exclusion demeurent. Il est grand temps que les éducateurs et les décideurs adoptent des pratiques plus inclusives et qu’ils fassent passer la question de l’accès équitable de l’ensemble des élèves canadiens de la discussion à l’action.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le document intitulé Proceedings of the 2012 CPF Roundtable on Academically-Challenged Students in French-Second-Language Programs en suivant ce lien :
http://cpf.ca/en/files/NEW-CPF-Roundtable-Proceedings-jh-2-3.pdf

- 30 -

Renseignements :
Maryanne Bright, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x226 Courriel: mbright@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Changement à venir au programme d'immersion précoce, dit Serge Rousselle Ministre de l'Éducation

OTTAWA, ON – Canadian Parents for French félicite le gouvernement du Nouveau Brunswick pour son nouvel engagement de mettre en œuvre un plan visant à rétablir le point d’entrée d’immersion précoce en français (IPF) en première année.

La révision survient plusieurs années après la mise en œuvre d’une politique controversée, de l’ancien gouvernement de Shawn Graham, qui a repoussé le point d’entrée d’immersion précoce en français à la troisième année. Le ministre de l’Éducation, Serge Rousselle, qui croit que le point d’entrée de la première année est « sans aucun doute la bonne façon de procéder », travaillera avec diligence avec des membres du personnel pour garantir que les nouvelles promesses sont respectées et les mesures sont mises en œuvre de façon efficace.

Des discussions au sujet de la politique révisée n’ont pas suscité une forte opposition auprès des résidants de la province. Un sondage de CBC/Radio-Canada mené en septembre a démontré que [Traduction] « 58 % des résidants aimeraient que le point d’entrée d’immersion en françaissoit en première année, par rapport à 34 % des résidants qui aimeraient qu’il soit en troisième année ».

Une décision relative à la date d’entrée en vigueur de la nouvelle politique n’a pas encore été annoncée. M. Rousselle indique qu’il attend des commentaires du Ministère au sujet de la manière dont le changement à la politique devrait être mis en œuvre.

La politique révisée représente un changement bien accueilli étant donné que Canadian Parents for French, ainsi que les chercheurs en français langue seconde (FLS), sont d’avis que le point d’entré d’IPF en première année représente non seulement le moment idéal de développer tout l’éventail des capacités des élèves, mais aussi un appui plus efficace de la dualité linguistique. La prise de cette décision est susceptible de produire un plus grand nombre d’élèves bilingues qu’à des points d’entrée plus tard.

Canadian Parents for French remercie et félicite le gouvernement du Nouveau Brunswick d’avoir reconnu l’importance de mettre en œuvre une politique qui permet aux élèves d’avoir un meilleur accès à l’apprentissage du français langue seconde et de mieux réussir aujourd’hui comme demain.

À titre d’organisme croyant en un accès de qualité à l’apprentissage du français langue seconde (FLS) pour tous ceux dont la patrie est le Canada, des triomphes comme celui ci appuient notre conviction que la défense continue du français langue seconde entraîne des changements concrets.

- 30 -

Renseignements :
Maryanne Bright, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x226 Courriel: mbright@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Nicole Thibault est choisie à titre de nouvelle directrice générale nationale de Canadian Parents for French

OTTAWA – Canadian Parents for French (CPF) est heureux d’annoncer la sélection d’une nouvelle directrice générale nationale.

CPF félicite Nicole Thibault pour sa nomination. À compter du 1er décembre 2014, Mme Thibault dirigera le personnel national en poste à Ottawa sous la gérance du Conseil d’administration national de CPF.

Madame Thibault possède plus de 20 ans d’expérience combinée en leadership à titre de directrice générale, de directrice adjointe d’école, de consultante en éducation et d’enseignante, de même qu’une passion personnelle et professionnelle qu’elle axe sur la promotion d’un Canada bilingue pour tous ceux et celles qui y vivent. Elle remplacera Robert Rothon qui a vu son mandat de trois ans à titre de directeur général national se terminer le 22 août 2014.

« Nous nous réjouissons de la décision d’embaucher Nicole », a dit Lisa Marie Perkins, l’ancienne présidente nationale de Canadian Parents for French et actuelle présidente du comité de recrutement de la directrice exécutive. « Nos efforts visaient principalement à dénicher une personne qui fera œuvre de visionnaire au sein du Conseil d’administration national et du personnel et qui est prête à superviser l’administration de cet organisme au cours de la période de renouvellement et d’avancement. Elle est engagée envers les orientations actuelles du conseil d’administration national, ce qui était un facteur déterminant dans notre décision d’embauche, et son parcours professionnel sera un complémentaire à l’ensemble de compétences diversifiées que possèdent les autres membres du personnel du bureau national. »

La carrière de Mme Thibault dans le domaine de l’éducation a commencé à titre d’enseignante en immersion des programmes de base en français et d’immersion française pour le compte du Ottawa Carleton District School Board en 1987. Elle a également dirigé et soutenu de façon stratégique le personnel enseignant et les étudiants, à titre d’enseignante de projets spéciaux et de directrice adjointe, avant d’occuper le poste d’aide-professeure à la faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, aidant ainsi à la gestion, la prestation et l’animation de projets spéciaux liées à la résolution de conflits et amorçant des changements dans le domaine de l’éducation. Elle a ensuite occupé le poste de directrice générale de l’Association canadienne des professeurs de langues secondes pendant près de 10 ans. De 2010 à 2014, Mme Thibault a travaillé à titre de consultante pour différents organismes sans but lucratif dans les domaines de la culture, de l’éducation et dans d’autres domaines.

Elle soutient fermement la mission de CPF qui consiste à offrir des possibilités d'apprentissage en langues officielles à tous les étudiants du Canada et se réjouit à l'idée d'assumer ses nouvelles fonctions afin de défendre cette cause sur la scène fédérale. « Je crois fermement que le bilinguisme individuel apporte des avantages sur le plan personnel et je suis très enthousiaste envers l’apprentissage linguistique efficace en tant que façon de rejoindre davantage d’étudiants canadiens pour qu’ils puissent, eux aussi, développer une passion pour le français en tant que reflet de la dualité linguistique du Canada », a dit Mme Thibault. « J’ai eu la chance d’aller à des écoles francophones, puis à un établissement postsecondaire bilingue pour ainsi passer librement d’un milieu de travail dominé par une langue officielle à un milieu dominé par l’autre langue officielle. Je suis la preuve vivante que le bilinguisme fonctionne et crois que tous les enfants canadiens devraient avoir accès à ces mêmes droits. »

- 30 -

Renseignements :
Maryanne Bright, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x226 Courriel: mbright@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French accueille favorablement le rapport annuel 2013 2014 du commissaire aux langues officielles

OTTAWA – Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, a déposé son huitième rapport annuel. Canadian Parents for French accueille favorablement le rapport du commissaire et son alignement à la vision et aux activités de CPF.

Canadian Parents for French appuie la recommandation du commissaire de mettre en évidence la dualité linguistique au cours du 150e anniversaire de la Confédération. La recommandation du commissaire d’« assurer la dualité linguistique dans l’ensemble des festivités du 150e anniversaire de la Confédération » confirme l’importance d’une célébration du bilinguisme dans les deux langues officielles. Le CPF était parmi les organismes qui ont comparu devant le Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes concernant son étude sur la dualité linguistique lors des célébrations du cent cinquantenaire de la Confédération du Canada en 2017. La présidente de CPF, Lisa Marie Perkins, a déclaré devant le comité que « l’héritage entourant la célébration du 150e anniversaire devrait en être un bon. L’héritage centenaire du Canada était principalement un héritage de briques dans du mortier, l’héritage du cent cinquantenaire devrait consister d’un plus grand sentiment de dualité linguistique. »

Canadian Parents for French est également content que M. Fraser ait mentionné l’importance de valider les fonds versés par le ministère du Patrimoine canadien aux provinces et territoires par paiements de transfert pour promouvoir l’enseignement de langue seconde et l’éducation dans la langue de la minorité, pour s’assurer qu’ils sont utilisés de façon appropriée.

Dans son rapport, le commissaire explique que « pour réaliser de véritables progrès en ce qui a trait à la prestation de services aux Canadiens et au respect des droits des employés fédéraux, il faut que la formation qui est donnée aux fonctionnaires mette davantage l’accent sur l’importance des langues officielles. » Cette déclaration illustre la croyance de Canadian Parents for French, selon laquelle tous les jeunes Canadiens devraient apprendre leurs deux langues officielles afin de respecter et d’apprécier les deux langues à un jeune âge. Mme Perkins a indiqué que « si tous les enfants avaient accès à des programmes de français et d'anglais langue seconde de qualité, le Canada aurait la main d’œuvre bilingue décrite par le commissaire ».

Canadian Parents for French a une relation de travail de longue date avec le Commissariat aux langues officielles et ce rapport illustre notre vision commune de voir un pays entièrement bilingue.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements :
Shaunpal Jandu, Agent de communication
Tél: 613.235.1481 x222 Courriel: sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

CPF FAIT BON ACCUEIL À LA RÉPONSE DONNÉE PAR LE GOUVERNEMENT DU CANADA AU RAPPORT DU COMITÉ PERMANENT DES LANGUES OFFICIELLES : LES PROGRAMMES D’ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS LANGUE SECONDE AU CANADA : ÉTAT DES LIEUX

OTTAWA – Le 15 septembre, le gouvernement du Canada a présenté sa réponse au rapport du Comité permanent des langues officielles intitulé Les programmes d’enseignement du français langue seconde au Canada : état des lieux, lequel a été présenté à la Chambre le 27 février 2014. Canadian Parents for French (CPF) applaudit ce rapport et est ravi de la décision prise par le gouvernement de continuer à soutenir l’apprentissage du français langue seconde (FLS).

La réponse du gouvernement a souligné l’importance de l’apprentissage du français langue seconde pour les Canadiens et a confirmé que le gouvernement « continuera de travailler avec ses partenaires en matière d’apprentissage de la langue seconde, y compris les associations d’enseignants, les parents et les jeunes Canadiens, et ce, afin de s’assurer que l’appui qu’il offre pour l’apprentissage de la langue seconde est aussi efficace que possible ». Le travail de Canadian Parents for French et son Concours d’art oratoire qui offre aux lauréats des bourses d’études postsecondaires pour encourager les participants à poursuivre leurs études en français, ont été mis en évidence comme exemple de la façon dont le gouvernement collabore avec des organisations non gouvernementales pour soutenir l’apprentissage du FLS au Canada.

La réponse du gouvernement a également souligné l’engagement de CPF envers la promotion et la création d’occasions d’apprentissage du FLS pour les jeunes Canadiens, et « informe les parents, dans diverses régions du Canada, de leurs options quant aux divers programmes de français langue seconde qui s’offrent à eux ».

Canadian Parents for French est ravi d’avoir pris part au processus, en tant que témoin pendant l’étude du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes et par les mentions de son organisation dans le rapport du Comité et dans la réponse du gouvernement.

La présidente de CPF Lisa Marie Perkins a déclaré que [traduction] « la reconnaissance positive du gouvernement du Canada à l’égard de l’engagement de Canadian Parents for French envers l’apprentissage du français langue seconde au Canada est une illustration des répercussions de CPF à travers le pays ».

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements :
Shaunpal Jandu, Agent de communication
Tél: 613.235.1481 x22 Courriel: sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

CPF félicite le gouvernement du Canada pour les réalisations de ses programmes d’appui aux langues officielles

OTTAWA - Canadian Parents for French (CPF) félicite le gouvernement du Canada pour les réalisations de ses programmes d’appui aux langues officielles prévus dans le Rapport annuel sur les langues officielles 2011‑2012 ayant récemment été publié et il est fier de ses propres contributions à ces réalisations.

Les initiatives du bureau de l’Ontario de Canadian Parents for French constituent l’un des points marquants de ce rapport. CPF Ontario a organisé et présenté une production théâtrale interactive qui a touché plus de 20 000 étudiants dans la province. À l’appui des activités d'apprentissage en langue seconde, CPF Ontario a pris part aux recherches nécessaires à la création d’une trousse pour les devoirs FSL à l’intention des parents et étudiants de la province.

Le travail effectué en Ontario est un excellent exemple de la façon dont CPF, par l’intermédiaire de ses bureaux provinciaux et territoriaux et de ses sections locales dans les collectivités, soutient la dualité linguistique, un objectif clé de Patrimoine canadien.

La présidente de CPF, Lisa Marie Perkins, s’est ainsi exprimée : « Il est extrêmement réjouissant de voir à quel point le soutien de Patrimoine canadien pour les langues officielles au Canada façonne la vie des jeunes Canadiens. Guidé par sa conviction profonde que tous les enfants canadiens méritent de pouvoir apprendre leur deuxième langue officielle, CPF est très bien placé pour aider à faire progresser le programme du gouvernement fédéral en matière de langues officielles. »

En plus de ses autres importantes initiatives à l’appui des langues officielles, Jeunesse Canada au travail dans les deux langues officielles a créé 404 emplois qui ont permis à des étudiants d’acquérir une précieuse expérience de travail tout en utilisant leur deuxième langue officielle. En tant que fier participant à ce programme, Canadian Parents for French reconnaît également les avantages en termes d'acquisition de compétences que le programme Jeunesse Canada au travail apporte au secteur sans but lucratif.

Depuis le premier cours donné à Saint-Lambert, au Québec, en 1965, les programmes d’immersion en français, soutenus par Patrimoine canadien, ont joué un rôle essentiel dans la formation de Canadiens bilingues. Bien que l’ensemble de la population étudiante à l’échelle nationale ait chuté de 1976-1977 à 2010-2011, les inscriptions en immersion française ont augmenté pour passer de 5 292 à 341 103, ce qui démontre la popularité soutenue du programme pour les familles canadiennes.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements :
Shaunpal Jandu, Agent de communication
Tél: 613.235.1481 x22 Courriel: sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Le bilinguisme français-anglais vraiment en décline?

Ottawa – Le 28 mai, Statistique Canada a publié une étude sur l’état du bilinguisme au Canada intitulée « L’évolution du bilinguisme français-anglais au Canada de 1961 – 2011 ». Les auteurs de l’étude ont conclu qu’au cours des dix dernières années la proportion des membres de la population canadienne qui maîtrisent les deux langues officielles a diminué pour la première fois en 40 ans.

Cette petite diminution sur le plan des statistiques cache le fait que le nombre réel de Canadiens officiellement bilingues a augmenté, passant de 5,2 millions en 2001 à 5,8 millions en 2011. Cette diminution relative est attribuée au nombre croissant de nouveaux immigrants au Canada, un nombre qui grossit plus rapidement que la population bilingue du Canada, ainsi qu’à une diminution de la proportion d’étudiants inscrits dans les programmes de français langue seconde (FLS), comme le cours de français de base, qui n’est pas compensé par la croissance continue que connaît l’immersion en français.

Un autre facteur est la diminution de l’ensemble de la population étudiante au Canada au cours de la même période que celle traitée par l’étude. « Nous avons constaté que la population étudiante de quelque 5 352 000 étudiants en 2002-2003 a chuté à environ 4 712 000 en 2009-2010. Il est donc normal que la proportion d’étudiants inscrits aux programmes de FLS agisse en parallèle avec le nombre total d’étudiants au Canada », a déclaré Robert Rothon, directeur général national de Canadian Parents for French.

Canadian Parents for French estime que cette étude constitue un appel à améliorer davantage l’apprentissage et l’enseignement du français langue seconde au Canada en adoptant les mesures suivantes :

  • rendre obligatoire l’apprentissage du français langue seconde dans toutes les provinces et tous les territoires;
  • améliorer les programmes de FLS, comme le cours de français de base, et améliorer le taux de rétention;
  • élaborer des politiques provinciales et territoriales favorisant l’apprentissage du FLS par tous les enfants et jeunes immigrants dans nos écoles.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements :

Shaunpal Jandu, Agent de communication
Tél: 613.235.1481 x22 Courriel: sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Annonce des lauréats du 11e annuel Concours national d’art oratoire de CPF

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) a le plaisir d’annoncer les lauréats du Concours national d’art oratoire de CPF 2013, tenu à l’Université d’Ottawa le 25 mai.

Le programme du Concours d’art oratoire réunit des étudiants de partout au Canada dans un concours qui leur offre plus de 180 000 $ en bourses d'études à l’Université d’Ottawa et 5 000 $ en bourses d’études à La Cité collégiale d’Ottawa. Cette année, 38 finalistes nationaux classés dans 5 différentes catégories ont été accueillis à Ottawa après avoir réussi les championnats provinciaux ou territoriaux. Les cinq catégories dans lesquelles les étudiants participent sont fondées sur l'aptitude linguistique et varient du Niveau 1 (Français de base) au Niveau 5 (Francophone).

« Beaucoup trouvent difficile de parler en public, surtout dans une langue seconde, mais, si nous fions au nombre de participants, qui a été de près de 70 000 à l’échelle du pays, le Concours d’art oratoire prouve que les élèves canadiens veulent être bilingues, déclare la présidente de CPF, Lisa Marie Perkins. Les jeunes canadiens font des choix judicieux lorsqu’ils se rendent compte que le bilinguisme leur ouvrira des portes dans un avenir rapproché, à la fois sur les plans culturel et professionnel. »

Les lauréats de la première place de chaque catégorie ont reçu l’offre d’une bourse d'études de 20 000 $ à l'Université d'Ottawa, généreusement accordée par l'Université même. En plus de ces cinq grands prix, l’Université accorde également des bourses d'études de 5 000 $ au premier vice-champion de chaque catégorie et des bourses d’entrée de 2 000 $ à tous les participants nationaux. Une nouveauté cette année, La Cité collégiale accorde cinq bourses d’une valeur de 1 000 $ chacune, soit à quatre étudiants originaires de l’Ontario et un étudiant venu d’ailleurs au Canada.

Voici les lauréats de l’édition 2013 du Concours d’art oratoire national de CPF :

Niveau 1 [Français de base]

Lauréat de 1e place: Melanie Zetusian (Oakville, Ontario)
Lauréat de 2e place: Pooneh Montazeralsedgh (Gatineau, Québec)
Lauréat de 3e place: Jaclyn Flom (Winnipeg, Manitoba)

Niveau 2 [Français de base étendu]

Lauréat de 1e place: Greta Cecamore (Gatineau, Québec)
Lauréat de 2e place: Lucy Asante (Winnipeg, Manitoba)
Lauréat de 3e place: Vicky Yi Qing Liu (Surrey, Colombie-Brittanique)

Niveau 3 [Immersion tardive]

Lauréat de 1e place: Cristina Andronic (Ottawa, Ontario)
Lauréat de 2e place: Carmela de Torres (Richmond, Colombie-Brittanique)
Lauréat de 3e place: Emma Gehrs-Whyte (Winnipeg, Manitoba)

Niveau 4 [Immersion précoce]

Lauréat de 1e place: Liam Bekirsky (Mississauga, Ontario)
Lauréat de 2e place: Princessessa Calixte (Gatineau, Québec)
Lauréat de 3e place: Irene Carrasco (North Vancouver, Colombie-Brittanique)

Niveau 5 [Francophone]

Lauréat de 1e place: Jordy Le (Victoria, Colombie-Brittanique)
Lauréat de 2e place: Jounaid Lyaghfouri (Mississauga, Ontario)
Lauréat de 3e place: Raphaël Choquette (Auburn, Nouvelle-Écosse)

Les participants ont passé deux nuits dans les dortoirs de l’Université d’Ottawa et ont été accompagnés par le personnel et les bénévoles de CPF dans plusieurs excursions à quelques-uns des sites touristiques les plus populaires de la ville. Parmi ces excursions, citons une visite guidée à l’Édifice du centre à la Colline du Parlement, des achats au Centre Rideau, un dîner au Marché Byward et une visite au Musée canadien des civilisations en Gatineau, Québec pour le film Le dernier récif en IMAX 3D.

CPF remercie Patrimoine canadien, l’Université d’Ottawa, la Cité Collégiale, et les donateurs individuels de leur soutien pour cette activité.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements:

Nicole Chatelain, Agente de communication principale
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

 

‹ Back

‹ Back

« #Le Français » est une réussite !

OTTAWA – Au mois de mars dernier, le bureau national de Canadian Parents for French (CPF) a entrepris une campagne dans les médias sociaux pour inciter nos membres et les Canadiens en général à discuter de ce que le français signifie pour eux.

La campagne, soutenue par les divers bureaux et sections locales de CPF partout au pays, a débuté en demandant à nos interlocuteurs ce que le français signifiait pour eux. Ensuite, il y a eu le mot français du jour et une vidéo qui a suscité de nombreux commentaires positifs et témoignages de soutien. La réussite de la campagne « #LeFrançais » a été démontrée par l’enthousiasme manifesté par les participants dans leurs commentaires et articles sur Facebook et Twitter.

Le français :

« Nous sommes un pays de 2 langues officielles et de nombreuses cultures» – E. James Facebook

« C'est ma langue que je parle à tous les jours... j'en suis fière» – F. Roy Facebook

« Ma langue maternelle et j'en suis fière !» – @mamanmireille Twitter

« De l'air frais par chez moi» – @LeCanardQuoi Twitter

Ce ne sont là que certaines des centaines de commentaires que nous avons reçus et nous en attendons davantage.

M. Robert Rothon, directeur général de CPF, a déclaré ceci : « Cette campagne nous a démontré à quel point le français est important pour les Canadiens de partout au pays. Nous sommes ravis des résultats obtenus à ce jour et nous allons travailler fort pour continuer la conversation. »

Joignez-vous à la conversation sur Twitter ou Facebook, et dites-nous ce que « #LeFrançais » veut dire pour vous !

– 30 –

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. Il y a actuellement 26 000 membres partout au Canada.

Renseignements

Shaunpal Jandu, agent de communications
Tél. : 613-235-1481, poste 22 Courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

CPF choisit les gagnants du fonds commémoratif national en hommage à la défunte enseignante Mary Joyce Booth

CPF est heureux d’annoncer les gagnants de la deuxième loterie du fonds de dotation national Mary Joyce Booth de CPF.

S’inscrivant dans une initiative où des milliers de dollars sont accordés chaque année au profit d’étudiants de partout au Canada en vue d’offrir à ces derniers des possibilités parascolaires liées au français langue seconde (FLS), le fonds a été mis en œuvre à l’échelle nationale de CPF à la suite du décès de l’enseignante Mary Joyce Booth. Une amie de longue date et militante dévouée de CPF, Mme Booth comprenait l’importance des activités parascolaires à l’appui de l’apprentissage du FLS. Le legs dont elle a fait don permet à CPF de souligner adéquatement ses années de travail à l’aide d’un fonds qui porte non seulement son nom, mais aussi son esprit de dévouement envers les étudiants canadiens.

Après avoir réalisé, en 2012, un projet pilote réussi ciblant les étudiants et leur famille, CPF a adapté le programme en 2013 de façon à élargir sa portée. On a invité les chapitres de CPF et les organisations membres associées de partout dans le pays à présenter une demande en vue d’obtenir une subvention pouvant aller jusqu’à 1 000 $ pour des camps, des échanges, des voyages, des programmes de tutorat et d’autres activités, le tout dans le but énoncé de promouvoir ou de compléter la prestation d’un enseignement du FLS de qualité aux étudiants des collectivités concernées.

Les subventions de cette année, accordées par tirage au sort après l’acceptation de l’admissibilité de toutes les demandes, sont destinées à divers projets, y compris un voyage de groupe à l’historique forteresse de Louisbourg, un concert en français à l’intention des étudiants de FLS, un camp de jour d’été et bien plus encore.

« La force avec laquelle Mary Joyce Booth croyait en la cause de CPF, et le dévouement avec lequel elle défendait cette cause, sont une source d’inspiration pour nous tous, a déclaré la présidente de CPF, Lisa Marie Perkins. CPF tenait à s’assurer que le généreux legs que Mme Booth a laissé servirait uniquement à soutenir les programmes d’enseignement et les étudiants de FLS; ainsi, grâce au fonds de dotation Mary Joyce Booth, son legs se perpétue. »

Les gagnants de la loterie du fonds de dotation national Mary Joyce Booth de 2013 de CPF sont les suivants :

  • Le chapitre de Corner Brook de CPF (Terre‑Neuve‑et‑Labrador)
  • Le chapitre de Lindsay de CPF (Ontario)
  • Le chapitre de New Westminster de CPF (Colombie‑Britannique)
  • Le chapitre de Port Hawkesbury de CPF (Nouvelle‑Écosse)
  • La Société canadienne-française de Prince Albert (Saskatchewan)
  • La Society of Supporters of École St. Matthew (Alberta)

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Information/Renseignements:

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Des représentants de Canadian Parents for French rencontrent les membres du Comité permanent des langues officielles du Sénat

OTTAWA – Canadian Parents for French a été la première organisation à se faire entendre lors de l’Étude des meilleures pratiques en matière de politique linguistique et d’apprentissage d’une langue seconde organisée par le Comité permanent des langues officielles du Sénat. Lisa Marie Perkins, présidente du Conseil d’administration national de CPF, Rita Parikh, membre du conseil d’administration national, et Robert Rothon, directeur général du Bureau national de CPF, ont fait une présentation conjointe centrée sur la nécessité de mettre en place davantage de pratiques visant à inclure les étudiants immigrants dans les programmes de français langue seconde (FLS).

La présentation — qui comprenait des recommandations générales portant sur : la sensibilisation et la promotion de l’importance des programmes de Français langue seconde; l’accès à de tels programmes par tous les enfants et jeunes Canadiens; et l’établissement de cibles réalistes dans les prochaines ententes sur les langues officielles en éducation (PLOE) pour augmenter le nombre de jeunes inscrits aux programmes de français langue seconde — a été bien accueillie par le Comité.

Au cours de la présentation, Mme Perkins a souligné qu’il est important de garder l’enseignement du français langue seconde ouvert à tous les étudiants, en particulier les étudiants immigrants dont la langue première n’est ni l’anglais, ni le français. Elle a indiqué que « les recherches montrent effectivement que les immigrants sont motivés à apprendre le français et à faire apprendre les deux langues officielles du Canada à leurs enfants en raison des meilleures possibilités économiques qu’ils pensent que cela pourrait leur offrir et, aussi, parce que le fait d’apprendre les deux langues officielles s’inscrit dans leur compréhension de la définition d’un Canadien ».

La présidente du comité, la sénatrice Maria Chaput du Manitoba, a dit qu’elle est « toujours émerveillée du travail accompli par Canadian Parents for French. » Et elle nous a remerciées pour notre contribution à la francophonie canadienne telle qu'elle est maintenant.

– 30 –

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. Il y a actuellement 26 000 membres partout au Canada.

Renseignements

Shaunpal Jandu, agent de communications
Tél. : 613-235-1481, poste 22 Courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Lettre ouverte aux candidats de la course au Leadership du Partie Libéral

Lettre ouverte de Canadian Parents for French à :

David Bertschi
Martin Cauchon
Deborah Coyne
Marc Garneau
Martha Hall Findlay
Karen McCrimmon
Joyce Murray
George Takach
Justin Trudeau

Une des pierres angulaires de l’identité canadienne réside dans le fait que le français et l’anglais sont les deux langues officielles du pays. Canadian Parents for French (CPF), un organisme pour qui le français fait partie intégrante du Canada et dont le mandat consiste à promouvoir et à créer des possibilités, pour les jeunes Canadiens, d’apprendre le français comme langue seconde, croit que la campagne à la direction du Parti libéral du Canada offre aux candidats une occasion de mettre en valeur les langues officielles, alors que leur parti cherche à se renouveler et à s’engager auprès de l’électorat canadien.

Le 16 avril 2013, les délégués votants choisiront comme prochain chef du Parti libéral du Canada celui ou celle qui comprendra le mieux les questions qui importent aux Canadiens. Une de ces questions, de l’avis de CPF, est l’accès des enfants et des jeunes du Canada à l’enseignement du français langue seconde (FLS).

Par conséquent, au nom de nos 24 000 membres, CPF vous pose six questions et vous demande de bien vouloir y répondre d’ici le 1er mars 2013. Le 7 mars, nous enverrons vos réponses aux médias, nous les publierons sur notre site Web (www.officiallanguagesmatter.com) et nous les diffuserons à nos membres partout au Canada.

Les langues officielles sont importantes pour le Canada et pour tous les Canadiens, et, nous en avons la certitude, elles le sont aussi pour vous. Nous vous remercions à l’avance de bien vouloir répondre à nos questions et de vous assurer d’inclure les langues officielles et l’enseignement du FLS au nombre des questions qui seront discutées au cours de votre campagne à la direction.

Nous vous prions d’agréer nos salutations distinguées.

Lisa Marie Perkins
Présidente, Conseil national
Canadian Parents for French
Robert Rothon
Directeur général, Bureau national
Canadian Parents for French

Pour lire nos questions aux candidats, cliquez ici

– 30 –

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. Il y a actuellement 26 000 membres partout au Canada.

Renseignements

Shaunpal Jandu, agent de communications
Tél. : 613-235-1481, poste 22 Courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French applaudit "Après la feuille de route"

OTTAWA—Le 8 novembre dernier, le Comité permanent des langues officielles de la Chambre de communes a publié son rapport sur un successeur à la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne, un investissement de 1,1 milliard. Canadian Parents for French (CPF) applaudit les recommandations portant sur l’enseignement du français langue seconde (FLS) contenus dans ce rapport, intitulé Après la feuille de route, et a hâte de connaître la réponse du gouvernement fédéral.

La présentation de CPF sur la façon dont « l’apprentissage de la langue seconde [devrait] commencer à l’étape de la petite enfance » a constitué un élément important de la recommandation du Comité :

« Que, dans le cadre d’une prochaine initiative horizontale pour les langues officielles, le ministère du Patrimoine canadien considère appuyer un projet de bourses pour les étudiants diplômés des écoles d’immersion et les étudiants francophiles ou anglophiles qui souhaitent faire une part ou toute leur scolarité dans leur langue seconde dans une institution postsecondaire au Canada. »

En outre, la position de CPF sur l’importance de cibler les parents allophones a été le premier des quatre domaines prioritaires requérant des mesures du gouvernement en matière d’enseignement des langues secondes.

Dans le contexte de la sortie récente des derniers chiffres du recensement qui démontrent une diminution dans le nombre des anglophones et francophones unilingues au Canada et la montée en importance des langues immigrantes, en plus du taux d’emploi plus élevé chez les bilingues de langue officielle, CPF souhaite que la réponse du gouvernement fédéral au rapport exprime un engagement renouvelé envers le bilinguisme. Bien que l’approche actuelle dans le contexte de la Loi sur les langues officielles soit de protéger chacune des communautés linguistiques individuellement, CPF croit que l’enchâssement du principe de bilinguisme en langues officielles constitue la prochaine étape naturelle que devrait entreprendre le gouvernement pour s’adapter à la réalité changeante du paysage linguistique au Canada.

Un plus grand engagement envers le bilinguisme par le biais des programmes de français comme langue seconde pourrait se manifester de diverses façons, dont les suivantes:

  • s’attaquer à la pénurie d’enseignants qualifiés du FLS en favorisant la mobilité et les échanges des enseignants au Canada et en accélérant la certification des enseignants immigrants;
  • accroître l’inscription aux programmes de FLS et leur maintien aux niveaux primaire et secondaire, en favorisant la création et l’adoption de standards nationaux de compétences linguistiques en français;
  • habiliter les collèges et universités anglophones à offrir des cours et des programmes en français; et
  • accroître les possibilités pour les anglophones de poursuivre leurs études dans des collèges et universités francophones.

Pour connaître d’autres façons dont CPF estime que le gouvernement fédéral peut accroître la proportion de personnes s’exprimant dans les deux langues officielles au Canada, veuillez lire ici notre mémoire au Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Renseignements:

Nicole Chatelain, Agente de communication principale
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Recensement 2011 – Les nombres positifs dans les minorités de langue officielle dans le marché du travail

OTTAWA – Le 1er novembre, Statistique Canada a publié un deuxième ensemble tant attendu de résultats tirés de son recensement de 2011. Le nouvel ensemble de données illustre le profil linguistique de la population active du Canada. Comme ce fut le cas lors de la publication de la première série de statistiques linguistiques, Canadian Parents for French a relevé certaines données des plus positives concernant le bilinguisme et la dualité linguistique sur le marché du travail au Canada.

Il se dégage quelques tendances dignes d’intérêt quant aux personnes bilingues en français et en anglais d’un bout à l’autre du pays. Si l’on fait abstraction du Québec, le taux de chômage parmi les personnes bilingues français-anglais est passablement plus faible que la moyenne nationale; avec des niveaux qui dépassent à peine les 4 p. cent. Par ailleurs, dans l’ensemble du Canada, la majorité des travailleurs bilingues a un revenu hebdomadaire supérieur à 500 dollars; près de 30 p. cent de ces travailleurs gagnent plus de 800 dollars par semaine.

En analysant les indicateurs de la population active chez les locuteurs anglais-français dont la langue maternelle n’est pas nécessairement l’une des langues officielles du Canada, on constate que le taux d’emploi est supérieur à la moyenne nationale de plus de 5 p. cent. Par ailleurs, le taux de chômage est tout juste inférieur à la moyenne nationale.

Une conclusion intéressante du recensement : alors que l’un des arguments les plus favorables à la maîtrise des deux langues officielles est la possibilité de travailler au gouvernement, seulement un peu plus de 6 p. cent de cette population travaille au sein de la fonction publique. Robert Rothon, directeur général du bureau national de CPF, commente ainsi ces données : « la maîtrise des deux langues officielles est considérée de plus en plus par l’entreprise privée comme une valeur ajoutée ».

Alors que, dans leur ensemble, les chiffres au sujet des francophones sur le marché du travail ne sont pas aussi élevés que ceux des anglophones, avec des taux de chômage de 8,3 p. cent et de 7,4 p. cent respectivement, Statistique Canada n’hésite pas à souligner que « c’est plus à l’image de la répartition des populations francophones et anglophones au Canada qu’une « performance »plus faible d’un groupe linguistique particulier auprès du marché du travail ».

À la lecture de ces résultats, CPF est heureux de l’évolution des tendances linguistiques au sein du marché canadien de l’emploi. Ces tendances sont la démonstration que le marché du travail est à l’affût d’effectifs qui maîtrisent les deux langues officielles. CPF invite les parents à inscrire leurs enfants à des programmes d’études bilingues qui contribueront à leur donner cet atout supplémentaire au moment de se joindre à la population active.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la section locale ou le bureau provincial ou territorial de CPF et vérifier de quelle façon vous pouvez contribuer à l’essor du bilinguisme officiel au Canada.

Pour lire le rapport portant sur le recensement, cliquez ici.

–30–

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui valorisent la langue française comme composante intégrale du Canada et qui se dévouent à la promotion et à la création d’occasions d’apprentissage du français comme langue seconde pour les jeunes du Canada. Il y a actuellement 26 000 membres partout au Canada.

Renseignements

Shaunpal Jandu, agent de communications
Tél. : 613-235-1481, poste 22 Courriel : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Recensement 2011 – Accroissement du nombre de Canadiens bilingues

OTTAWA — Statistique Canada a rendu publiques mercredi les constatations très attendues de son recensement. Depuis sa publication, une multitude de renseignements au sujet du portrait linguistique du Canada ont afflué. Certaines des tendances les plus importantes se rapportent à la diminution des francophones et des anglophones dans l’ensemble du pays. Toutefois, Canadian Parents for French constate des chiffres très positifs concernant les bilinguismes et la dualité linguistique partout au pays.

La grande réussite directement liée aux efforts de CPF est que le bilinguisme augmente plus rapidement parmi les jeunes Canadiens que le grand public. Cette tendance est à l’image de notre propre recherche dans le rapport de CPF intitulé Annual FSL Enrolment in Canada 2006-2011 (Inscription annuelle aux programmes de FLS par année 2006-2011), qui indique un nombre accru d’étudiants dans les programmes d’immersion depuis 2006.

Bien qu’il y ait une augmentation mineure dans la proportion de francophones et d’anglophones bilingues à l’échelle du pays, de 2006 à 2011 (17,4 % et 17,5 % respectivement), le nombre réel de personnes qui peuvent prendre part à une conversation dans les deux langues officielles a connu une hausse de 350 000. Même si ce n’est qu’une faible augmentation, il s’agit d’une constatation très positive, particulièrement par rapport au nombre d’anglophones et de francophones unilingues qui est actuellement en baisse au Canada.

Il convient également de noter que le pourcentage des ménages dans lesquels on parle le français et l’anglais à la maison a augmenté, passant de 3,8 % en 2006 à 5,4 % en 2011. Ces chiffres démontrent qu’en dépit d’une faible augmentation du bilinguisme officiel (les deux langues officielles) dans l’ensemble du pays, un nombre croissant de personnes encouragent et pratiquent le bilinguisme à la maison.

Enfin, l’une des conclusions les plus importantes du recensement 2011 concerne le nombre d’allophones au Canada. Selon le recensement, près de 70 % de la population qui parle une langue non officielle à la maison parle le français ou l’anglais. Le numéro 2010 de CPF L’état de l’enseignement du français langue seconde au Canada porte sur la participation des allophones aux programmes de FLS. Le rapport indique que 40 % des parents allophones ont inscrit leurs enfants aux programmes d’immersion en français. Nous pourrions déduire des chiffres du recensement qu’il y a plus de 100 000 étudiants de FSL provenant des familles allophones.

Pour faire écho à l’importance de la participation des allophones dans les programmes de FLS, Robert Rothon, directeur général national de CPF, a déclaré que « compte tenu de la présence accrue des collectivités allophones au Canada en raison de l’immigration, il est important que toutes les parties travaillent ensemble pour s’assurer que les jeunes allophones puissent apprendre les deux langues officielles dans le cadre du processus d’établissement et d’intégration ».

Il y a tout un éventail de renseignements sur le portrait linguistique du Canada dans le recensement de 2011 et, bien que nous puissions retrouver des éléments positifs sur le bilinguisme officiel au Canada, nous ne pouvons pas nous asseoir sur nos lauriers et espérer que ces tendances se poursuivent. Nous devrions jouer un rôle actif pour encourager le bilinguisme et l’inscription au cours de FLS.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec votre chapitre ou succursale local de CPF et voyez comment vous pouvez contribuer au bilinguisme officiel du Canada.

Lisez le rapport du recensement ici : http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/121024/dq121024a-fra.htm

-30-

Canadian Parents for French est un réseau national de bénévoles qui estime que la langue française fait partie intégrante du Canada et se consacre à la promotion et à la création des possibilités pour les jeunes Canadiens et Canadiennes à apprendre le français comme langue seconde. Il y a actuellement 26 000 membres partout au Canada.

Renseignements/Information

Shaunpal Jandu, agent de communication/Communications Officer

Tél./Tel : 613-235-1481, poste 22 Courriel/Email : sjandu@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Un rapport de recherche réclame un soutien accru pour les élèves avec des difficultés d'apprentissage dans les programmes de français langue seconde

Canadian Parents for French (CPF) vient de publier son dixième rapport de recherche intitulé L’État de l’enseignement du français langue seconde au Canada 2012 : Élèves avec des difficultés d'apprentissage et les programmes de FLS.

Le rapport de 2012, le plus récent d’une série de publications sur les tendances, les défis et les réalisations de l’enseignement du français langue seconde (FLS) dans les écoles canadiennes, souligne les obstacles uniques que doivent surmonter les élèves avec des difficultés d’apprentissage dans un environnement de FLS. Le rapport résume les exposés présentés aux membres d’une table ronde, en juin, par six chercheurs canadiens en la matière. Les participants comprenaient des représentants de CPF, des chercheurs, des représentants gouvernementaux fédéraux et provinciaux, des dirigeants du milieu scolaire, des universitaires et d'autres intervenants en matière d’accessibilité des programmes de FLS.

« Trop souvent, les programmes de FLS sont fermés aux élèves avec des difficultés d'apprentissage, alors que ce sont précisément les programmes qui pourraient les aider à briller, de dire Lisa Marie Perkins, présidente de CPF. La majorité des élèves – y compris beaucoup d’élèves qui ont des difficultés scolaires – peuvent arriver à devenir bilingues, surtout quand des ressources adaptées sont en place pour favoriser leur développement scolaire. »

Le rapport de 2012 comprend des recommandations exhaustives, formulées à l’occasion des tables rondes, destinées à améliorer l’accès aux programmes de FLS pour les élèves avec des difficultés d’apprentissage et à favoriser leur réussite. CPF est convaincu qu’avec des ressources suffisantes, une plus grande sensibilisation aux habiletés des élèves avec difficultés d’apprentissage et un soutien adéquat de la part des enseignants, un plus grand nombre de Canadiens que jamais pourront devenir bilingues dans les deux langues officielles du Canada. Les programmes de FLS, en particulier l’immersion française, qui est le programme le mieux adapté à la vaste gamme d’habiletés des élèves, devraient tous être suffisamment dotés en ressources afin de pouvoir offrir à tous les élèves la possibilité de devenir bilingues. Robert Rothon, directeur général de CPF, remarque que le fait de refuser aux élèves avec difficultés d’apprentissage de participer à part entière au programme d’études standard pourrait, dans certains cas, constituer de la discrimination :

« Depuis trop longtemps, un trop grand nombre de personnes estiment que l’immersion française s’adresse aux élèves doués ou aux élèves issus de “tel” milieu en particulier ou aux élèves n’éprouvant aucune difficulté, disait M. Rothon. Il s’agit pourtant, en réalité, d’un programme à l’intention de tous les élèves, dont le programme d’études standard est enseigné dans les deux langues officielles. Tant que cette réalité ne sera pas comprise, et tant que ne seront pas modifiées les pratiques et les politiques discriminatoires constatées par les participants et les conférenciers qui ont pris part à notre table ronde, de nombreux enfants, beaucoup trop nombreux, seront laissés pour compte. »

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Information/Renseignements:

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Annonce des lauréats du Concours national d’art oratoire de CPF 2012

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) a le plaisir d’annoncer les lauréats du Concours national d’art oratoire de CPF 2012, tenu à l’Université d’Ottawa le 26 mai.

Le programme du Concours d’art oratoire réunit des étudiants de partout au Canada dans un concours qui leur offre plus de 170 000 $ en bourses d'études à l’Université d’Ottawa. Cette année, 34 finalistes nationaux classés dans 5 différentes catégories ont été accueillis à Ottawa après avoir réussi les championnats provinciaux ou territoriaux. Les cinq catégories dans lesquelles les étudiants participent sont fondées sur l'aptitude linguistique et varient du Niveau 1 (Français de base) au Niveau 5 (Francophone).

« Le succès éclatant du programme du Concours, maintenant à sa dixième édition et toujours croissant, est la preuve que les élèves canadiens veulent être bilingues, déclare la présidente de CPF, Lisa Marie Perkins. Et pour cause! Le bilinguisme leur ouvrira des portes culturelles et professionnelles, enrichira leur esprit et les fera passer de citoyens à part entière du Canada à citoyens du monde. Les jeunes gens sont intelligents et savent reconnaître les bonnes choses quand elles surviennent. »

Les lauréats de la première place de chaque catégorie ont reçu l’offre d’une bourse d'études de 20 000 $ à l'Université d'Ottawa, généreusement accordée par l'Université même. En plus de ces cinq grands prix, l’Université accorde également des bourses d'études de 5 000 $ au premier vice-champion de chaque catégorie et des bourses d’entrée de 2 000 $ à tous les participants nationaux.

Voici les lauréats de l’édition 2012 du Concours d’art oratoire national de CPF :

Niveau 1 [Français de base]

Lauréat de 1e place: Jeremy Wang (Toronto, Ontario)
Lauréat de 2e place: Joshua Fernandez (Vancouver, Columbie-Brittanique)
Lauréat de 3e place: Breanne Nemez (Narol, Manitoba)

Niveau 2 [Français de base étendu]

Lauréat de 1e place: Colin Taylor (Bell Island, Terre-Neuve-et-Labrador)
Lauréat de 2e place: Alan Zhou (Scarborough, Ontario)
Lauréat de 3e place: Tzu-Wei Tseng (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Niveau 3 [Immersion tardive]

Lauréat de 1e place: Shaul Gordon (Richmond, Colombie-Britannique)
Lauréat de 2e place: Kate Lavergne (Ste-Anne-Des-Plaines, Québec)
Lauréat de 3e place: Emily Smith (Yellowknife, Territoires-du-Nord-Ouest)

Niveau 4 [Immersion précoce]

Lauréat de 1e place: Olivia Dorey (Stillwater Lake, Nouvelle-Écosse)
Lauréat de 2e place: Liam Bekirsky (Mississauga, Ontario)
Lauréat de 3e place: Caitlin Berger (Dollard-Des-Ormeaux, Québec)

Niveau 5 [Francophone]

Lauréat de 1e place: Maha Temkit (Ottawa, Ontario)
Lauréat de 2e place: Bénédicte LeMaître (Winnipeg, Manitoba)
Lauréat de 3e place: Ghislain d’Entremont (Dartmouth, Nouvelle-Écosse)

Les participants ont passé deux nuits dans les dortoirs de l’Université d’Ottawa et ont été accompagnés par le personnel et les bénévoles de CPF dans plusieurs excursions à quelques-uns des sites touristiques les plus populaires de la ville. Parmi ces excursions, citons une visite guidée à l’Édifice du centre à la Colline du Parlement, des achats au Centre Rideau, un dîner au quartier Côte-de-sable et une visite au Théâtre de l’île en Gatineau, Québec pour observer La petite poule d’eau, une pièce d’àprès le roman par écrivaine Manitobaine Gabrielle Roy.

CPF remercie Patrimoine canadien, Voyages Rideau Travel, Radio Enfant-Ado et les donateurs individuels de leur soutien pour cette activité.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Information/Renseignements:

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Avis de média: Chacun des cinq lauréats du concours national d’art oratoire en langue française recevra une bourse d’études de 20 000$

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) va bientôt tenir son dixème Concours national annuel d’art oratoire à l’Université d’Ottawa.

Chaque gagnant des cinq catégories de participation se méritera une bourse de 20 000$ pour étudier à l’Université d’Ottawa, gracieusement offertes par l’université. Les lauréats de deuxième place recevront une bourse d’études de 5 000 $, et tous les finalistes qui participeront recevront une bourse de début d’études de 2000$.

Ce concours national réunit des étudiants du deuxième cycle secondaire de partout au Canada, qui vont prononcer le discours leur ayant mérité la première place au niveau de leur école, de leur région et/ou de leur province ou territoire. Le concours comprend cinq niveaux de participation linguistique : Niveau 1 (Français de base), Niveau 2 (Français de base étendu), Niveau 3 (Immersion tardive), Niveau 4 (Immersion précoce), et Niveau 5 (Francophone).

Date: Le samedi 26 mai 2012
Heure: 09h30 (Mot de bienvenue)
Endroit: Université d’Ottawa, Pavillon Tabaret, 550 rue Cumberland, Ottawa, ON
Porte-paroles de CPF: Lisa Marie Perkins, présidente ; et Robert Rothon, directeur général

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Information/Renseignements:

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Lettre au l'honorable James Moore conçernant le CBC/Radio-Canada

L’honourable
James Moore, C.P., député
Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles
Chambre de Communes
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Monsieur le Ministre,

Cinq organismes membres du Réseau des partenaires Français langue seconde (FLS) – l’Association canadienne des professeurs d’immersion (ACPI), l’Association canadienne des professeurs de langues secondes (ACPLS), Canadian Parents for French (CPF), Canadian Youth for French (CYF) et Le français pour l’avenir — souhaitent vous féliciter de l’appui que vous démontrez envers la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et la Société Radio-Canada (SRC).

La CBC/SRC offre un service que nul autre radiodiffuseur ne peut ou ne souhaite offrir, soit de s’engager à rejoindre son public dans les deux langues officielles du Canada. Nous nous réjouissons de voir le Ministre canadien des Langues officielles défendre la CBC/SRC à titre d’institution fondamentale de notre dualité linguistique. Nous faisons écho à votre commentaire que « l’importance de la CBC, afin d’assurer une représentation des deux langues officielles du Canada dans toutes les régions du pays, est essentielle. »

Le rôle de la CBC/SRC dans le développement de compétences dans les deux langues officielles auprès de la jeunesse canadienne est particulièrement pertinent pour les membres du Réseau ainsi que pour les familles canadiennes. Le 1er décembre dernier, votre commentaire faisait par ailleurs référence à ce rôle crucial en déclarant que la CBC/SRC peut aider les enseignants de FLS à intégrer des ressources et du divertissement d’expression française dans les salles de classes. C’est un moyen efficace et utile d’encourager les élèves à estimer et apprécier la dualité linguistique et nous vous remercions de le reconnaître. Nous espérons donc fortement que pour toutes ces raisons, la CBC/SRC ne sera pas ignorée parmi les institutions culturelles de la radiotélévision canadienne.

Les soussignés du Réseau des partenaires FLS, ainsi que d’innombrables canadiens à travers le pays, reconnaissent et apprécient votre soutien envers la CBC/SRC.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, nos plus sincères salutations.

Chantal Bourbonnais, Association canadienne des professeurs d'immersion
Myriam Lafrance, Le français pour l'avenir
Guy Leclair, Association canadienne des professeurs de langue seconde
Justin Morrow, Canadian Youth for French
Robert Rothon, Canadian Parents for French

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French en assemblée générale annuelle nationale le 15 octobre à Charlottetown (Avis de média)

OTTAWA—Le bureau national de Canadian Parents for French (CPF) tiendra sa 35e assemblée générale annuelle (AGA) nationale samedi le 15 octobre à Charlottetown, Île- du-Prince-Édouard. Plus de 40 délégués de partout au pays prendront part à cette rencontre.

L’AGA, qui aura pour thème « Our CPF [Notre CPF] », se déroulera du vendredi le 14 octobre au dimanche le 16 octobre. Toutes les activités officielles de CPF auront lieu à l’Hôtel Delta Prince Edward, sauf la réception du vendredi soir, qui aura lieu au Founders Hall au centre ville de Charlottetown, et le banquet présidentiel du samedi soir, qui se déroulera au Stanhope Beach Resort & Conference Centre, à Stanhope, Î-P-E.

Le maire de Charlottetown, M. Clifford J. Lee, prononcera une courte allocution de bienvenue lors de la réception du vendredi soir.

Date et heure de l’AGA:
Samedi le 15 octobre, 13h15

Endroit:
Hôtel Delta Prince Edward, 18 rue Queen, Charlottetown, Î-P-E La salle Elfin/Pekeha

Porte-paroles:
Lisa Marie Perkins, présidente, Canadian Parents for French Robert Rothon, directeur général, Canadian Parents for French

Pour tout renseignement, ou pour obtenir un laissez-passer média et/ou un guide du programme de la fin de semaine, veuillez communiquer avec Nicole Chatelain, agente de communication, au 613-794-9324.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Robert Rothon choisi comme nouveau directeur général national de Canadian Parents for French

Canadian Parents for French (CPF) a le plaisir d'annoncer la sélection d'un nouveau directeur général national.

CPF félicite Robert Rothon de sa nomination. À compter du 12 septembre 2011, M. Rothon dirigera le personnel national au bureau d'Ottawa qui relève du conseil d'administration national de CPF.

M. Rothon, expert conseil depuis 18 ans pour le secteur sans but lucratif et ayant une solide expérience en communications, est actuellement directeur général du bureau de la Colombie Britannique et du Yukon de CPF, le plus grand bureau de ce dernier au Canada. Il succédera à James Shea, dont la responsabilité de directeur général national pour une période de neuf ans prendra officiellement fin le 30 septembre.

« Nous sommes très heureux que Robert ait accepté le poste de directeur général national en raison de son expérience professionnelle et de son engagement personnel envers l'organisation et ses objectifs, a déclaré Lisa Marie Perkins, présidente nationale de CPF et présidente du Comité de recrutement d'un directeur général. Nos efforts ont été déployés pour trouver un remplaçant au caractère progressiste qui assurera la direction opérationnelle d'un organisme national et de son personnel en vue de l'atteinte des buts et des objectifs fixés par le conseil national. L'engagement de M. Rothon envers l'orientation que le conseil est en train de prendre et son expérience professionnelle ont été d'une importance décisive dans notre décision de recrutement; de plus, son expérience professionnelle en communications met parfaitement en valeur les compétences diversifiées que possède le reste du personnel du bureau national. »

Diplômé de l'Université Concordia et de l'Université du Québec à Montréal, M. Rothon a commencé sa carrière en communications en 1986, avec son emploi aux services de langue française de la Société Radio Canada (SRC). Pendant plus d'une décennie, M. Rothon a travaillé comme chercheur, communicateur et producteur de la Direction centrale canadienne des médias à Vancouver avant d'entrer au service de la Fédération canadienne pour l'alphabétisation en français en 2004, en tant que coordonnateur de la recherche et de projet pour les membres du nord et de l'ouest du réseau national. En 2006, M. Rothon a assuré un nouveau rôle en recherche et communications au Collège Éducacentre, le seul collège francophone de la Colombie-Britannique, passant rapidement au poste de chef de l'éducation permanente et de la formation, avant de saisir finalement son rôle de directeur général du bureau de la Colombie-Britannique et du Yukon de CPF en 2008. Avant qu'il n'entre au service de l'organisme, de 1990 2008, M. Rothon a aussi travaillé comme consultant pigiste auprès de plusieurs organisations sans but lucratif culturelles, scolaires et autres.

M. Rothon est engagé envers la mission de CPF à offrir une éducation dans les langues officielles à tous les élèves du Canada et a hâte de commencer son nouveau rôle afin de défendre cette cause au niveau fédéral. « Non seulement crois je fermement que le bilinguisme individuel est un reflet de la dualité linguistique du Canada, mais aussi, je peux honnêtement dire que je l'ai pratiqué toute ma vie, même avant l'élaboration de la Loi sur les langues officielles, affirme M. Rothon. J'ai vraiment eu de la chance d'avoir grandi dans une famille bilingue, d'avoir été scolarisé dans des écoles et des établissements postsecondaires bilingues, et de me déplacer librement d'un milieu de travail fonctionnant dans une langue officielle donnée à l'autre. Je suis une preuve vivante que le bilinguisme fonctionne. Je suis profondément convaincu que tous les enfants du Canada devraient avoir droit à l'enseignement bilingue », conclut-il.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Voici mon Canada (Un lettre de directeur général de CPF, M. James Shea)

Je me souviens de ma première rencontre avec Melanie Young.

Nous participions tous les deux à une activité promotionnelle du Canadian Parents for French (CPF) à Winnipeg en 2004. Elle avait amené son nourrisson – son fils Quinn, le plus jeune de ses quatre enfants. Melanie était nouvelle au CPF et avait récemment occupé le rôle de présidente de la section The Pas, au Manitoba. Elle ne savait pas trop comment elle s’était retrouvée à son poste de présidente aussi rapidement, mais elle se réjouissait à l’idée de représenter les parents porte-parole dans sa collectivité et de soutenir l’enseignement bilingue.

Au fil des ans, j’ai rencontré Melanie à plusieurs reprises, et il serait difficile de trouver une incarnation plus authentique de tout ce que nous défendons au CPF. Un parent travaillant fort et dévoué, ayant une conviction fondamentale dans le pouvoir des langues, Melanie a été encouragée par beaucoup à ne pas orienter ses quatre enfants à l’enseignement immersif. Mais dans tous les cas, Melanie a fait fi de ces conseils.

Alexa, son aînée et fille unique, a fait face à un retard phonologique à l’école maternelle et on a déclaré que le programme d’immersion pourrait être trop compliqué pour elle. Faisant fi de la recommandation des orthophonistes qui ont proposé qu’un programme moins intensif de français langue seconde (FLS) conviendrait mieux à Alexa, Melanie a décidé de donner une chance à sa fille de démontrer ce dont elle était capable. Aujourd’hui âgée de 15 ans, Alexa est sur le point d’obtenir son diplôme d’études secondaires d’ici quelques années, avec un agrément d’immersion totale en français, et elle vient d’être nommée membre du Comité consultatif sur la jeunesse de la Société éducative de visites et d’échanges au Canada (SEVEC). Alexa espère poursuivre un jour ses études dans les deux langues à l’Université d’Ottawa.

Les fils de Melanie avaient aussi reçu la recommandation de se retirer du programme d’immersion en français, tout comme leur grande sœur. Le plus jeune, Dylan (âgé de 13 ans maintenant), a combattu le syndrome d’Asperger; McKenzie (10 ans) est atteint du trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention, ou THADA, et le cadet, Quinn, fait face à ses propres difficultés d’apprentissage à l’âge de sept ans, bien que rien n’ait déjà été diagnostiqué. Melanie a fait inscrire ses quatre enfants au programme d’immersion hâtive en français, le programme dont les chercheurs ont démontré de façon constante qu’il convenait mieux à la plus vaste gamme de compétences des élèves, y compris ceux qui éprouvent des difficultés d’apprentissage. Elle affirme fièrement que tous les quatre poursuivent toujours leurs études dans ce programme jusqu’à ce jour – et qu’ils excellent dans leurs études bilingues.

Au cours de mon mandat de neuf ans au poste de directeur général du CPF, j’ai entendu de nombreux cas de réussite tels que ceux de Melanie. Elle est reconnaissante au CPF pour lui avoir apporté le soutien dont elle avait besoin pour exiger les bons programmes pour ses enfants, mais il est évident pour toute personne qui la connaît qu’elle a toujours lutté pour la cause des élèves dans sa collectivité. Lorsqu’on a menacé de supprimer le programme d’immersion à The Pas, elle s’est jointe au CPF et a soutenu la lutte pour le maintien de ce programme. Les efforts de Melanie et de ses collègues n’ont pas été vains : aujourd’hui, le programme fonctionne bien dans sa collectivité.

Je suis honoré d’avoir connu Melanie Young, de lui avoir parlé et d’avoir travaillé avec elle. Ce fut pour moi un plaisir de l’appeler « collègue » et de l’entendre parler fièrement des réalisations de ses enfants dans leurs études et dans leur vie. Ainsi, j’aimerais prendre cette occasion pour remercier Melanie Young, et tous les autres pères, mères et parents-substituts comme elle ayant joué un rôle actif pour faire avancer les droits des élèves au Canada.

Bon nombre d’entre vous ont déjà occupé le poste de Melanie. Il se peut que vous soyez Canadien de naissance ou nouveau dans ce pays; vous pouvez adhérer à n’importe quelle conviction politique ou religieuse; vous pouvez être un enseignant, un policier, un chef tribal, un fonctionnaire, un médecin, un agriculteur, un cadre supérieur de Bay Street ou un parent qui reste à la maison. Le seul lien qui vous rattache tous est votre passion pour l’enseignement bilingue. Que vous fassiez tout votre possible pour soutenir le CPF au moyen de vos frais annuels, ou que vous preniez du temps pour travailler avec le conseil scolaire et défendre les droits de vos enfants d’apprendre les deux langues officielles du Canada, vous faites partie de cette organisation. Le CPF est composé de nombreux membres comme Melanie : des personnes qui ont utilisé les ressources dont elles disposaient pour plaider de leur mieux la cause de leurs enfants et de tous les enfants de la collectivité.

Il se peut que ce soit mon dernier discours en tant que votre directeur général, mais cela ne veut pas dire que mon parcours sur cette voie est achevé. Je suis inspiré par le bénévolat et l’esprit d’activisme que je perçois chez Melanie. Mon vœu le plus cher est que, même si je ne peux plus qualifier de collègues les centaines de directeurs, les bénévoles et le personnel de cette organisation, je puisse continuer de vous appeler mes amis – des amis qui ont une vision commune et qui œuvrent ensemble pour atteindre un but commun. Je crois fermement que le Canada verra le jour où tous ses résidants appuieront et apprécieront le bilinguisme officiel, et ce, grâce à vous. Veuillez poursuivre l’excellent travail qui a bâti le CPF actuel : veuillez vous souvenir de Melanie Young et de ses collègues et, surtout, souvenez-vous des quatre enfants à The Pas, au Manitoba, qui ont reçu le don merveilleux du bilinguisme parce que leur mère a refusé de laisser passer ce don.

Je vous remercie pour les neuf merveilleuses années que j’ai passées auprès de vous, et souvenez-vous – c’est vous qui avez bâti le CPF, et qui avez contribué à faire du bilinguisme une réalité dans vos foyers, vos écoles, vos collectivités et, en effet, partout au Canada.

À bientôt!

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Le concours Allons en France 2011 accorde un voyage en France à une étudiante canadienne

Ottawa—Canadian Parents for French (CPF) et l’Ambassade de France ont le plaisir de vous dévoiler la gagnante du concours « Allons en France 2011 ». Julia Sinkovits d’Oakville, en Ontario, a été élue parmi 52 concurrents pour recevoir un voyage de 10 jours en France.

« Année après année, des dizaines de jeunes au Canada reviennent de ce voyage ravi de cette expérience de vie exceptionnelle, a déclaré Lisa Marie Perkins, présidente de CPF. Ici à CPF, nous sommes tellement heureux d’avoir cette occasion de nous associer avec l’ambassade de France chaque année afin d’offrir cette chance aux étudiants de partout au Canada. Nous félicitons Julia Sinkovits et tous les participants pour avoir fait de ce concours un succès! »

Les étudiants devaient soumettre une œuvre littéraire en français dans laquelle ils utilisaient les 10 mots fournis, qui illustraient le thème du concours. Le thème de cette année était « Le Français : langue olympique » et les étudiants pouvaient alors soumettre leurs poèmes, récits, essais ou autre œuvre littéraire sur les Olympiques ou sur d’autres sports et compétitions. L’évaluation des soumissions se fondait sur l’originalité, la qualité de la langue française et le développement du contenu.

« Tout ce que je peux dire en ce moment, c’est wow! », a déclaré Julia Sinkovits lorsqu’on lui a annoncé qu’elle était la gagnante du concours. « Merci beaucoup pour cette chance! »

Le poème de Julia Sinkovits, « Tout commence avec un seul fil », sera bientôt affiché à l’adresse suivante : www.cpf.ca. Le prix consiste en un voyage de 10 jours en France au cours du mois de juillet. Le prix comprend le voyage, l’hébergement, les activités et l’assurance de voyage.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Le Service Culturel de l’Ambassade de France encourage les échanges entre la France et le Canada dans les domaines éducatif, linguistique, universitaire, livre, artistique, et audiovisuel.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Agente de communication
Tél: 613.235.1481 x26 Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Annonce des lauréats du Concours national d'art oratoire de CPF 2011

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) a le plaisir d'annoncer les lauréats du Concours national d'art oratoire de CPF 2011, tenu à l'Université d'Ottawa le 28 mai.

Le programme du Concours d'art oratoire réunit des étudiants de partout au Canada dans un concours qui leur offre plus de 175 000 $ en bourses d'études à l'Université d'Ottawa. Cette année, 36 finalistes nationaux classés dans 5 différentes catégories ont été accueillis à Ottawa après avoir réussi les championnats provinciaux ou territoriaux. Les cinq catégories dans lesquelles les étudiants participent sont fondées sur l'aptitude linguistique et varient du Niveau 1 (Français de base) au Niveau 5 (Francophone).

« L'édition de cette année a été pleinement marquée de talent et d'enthousiasme, comme toujours, déclare la présidente de CPF, Lisa Marie Perkins. Il est encourageant de voir tant de jeunes qui soutiennent le bilinguisme officiel. Il s'agit de jeunes qui déploient tous leurs efforts dans le français, qu'ils proviennent de foyers francophones ou qu'ils aient appris la langue pendant les classes de français à l'école. Chacun de ces étudiants mérite tous les éloges pour les efforts remarquables déployés aujourd'hui ».

Les lauréats de la première place de chaque catégorie ont reçu l'offre d'une bourse d'études de 20 000 $ à l'Université d'Ottawa, généreusement accordée par l'Université même. En plus de ces cinq grands prix, l'Université accorde également des bourses d'études de 5 000 $ au premier vice-champion de chaque catégorie et des bourses d'entrée de 2 000 $ à tous les participants nationaux.

Voici les lauréats de l'édition 2011 du Concours d'art oratoire national de CPF :

Niveau 1 [Français de base]
Lauréat de 1e place: Camille Pabalan (Winnipeg, Manitoba)
Lauréat de 2e place: Sophie Starke-Hellwig (Bathurst, Nouveau-Brunswick)
Lauréat de 3e place: Christian Norton (Annandale, Île-du-Prince-Édouard)

Niveau 2 [Français de base étendu]
Lauréat de 1e place: Julia Romanski (Toronto, Ontario)
Lauréat de 2e place: Megan Freimann (Sainte Agathe, Québec)
Lauréat de 3e place: Nicola Jones (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Niveau 3 [Immersion tardive]
Lauréat de 1e place: Aislin Flynn (Halifax, Nouvelle-Écosse)
Lauréat de 2e place: Tanya Bagai (Delta, Colombie-Britannique)
Lauréat de 3e place: Raquel Albert (Gatineau, Québec)

Niveau 4 [Immersion précoce]
Lauréat de 1e place: Sean Leonard (Mount Pearl, Terre-Neuve-et-Labrador)
Lauréat de 2e place: Maria Debly (Quispamsis, Nouveau-Brunswick)
Lauréat de 3e place: Avnee Paranjape (Regina, Saskatchewan)

Niveau 5 [Francophone]
Lauréat de 1e place: Alice Brun-Newhook (St. John's, Terre-Neuve-et-Labrador)
Lauréat de 2e place: Julien Jefferson (Waterloo, Ontario)
Lauréat de 3e place: Nastastya Hénault (Wakefield, Québec)

Les participants ont passé deux nuits dans les dortoirs de l'Université d'Ottawa et ont été accompagnés par le personnel et les bénévoles de CPF dans plusieurs excursions à quelques-uns des sites touristiques les plus populaires de la ville. Parmi ces excursions, citons une visite du Parlement, des achats au Centre Rideau, un dîner au marché By et une visite au Dai-Mon à Gatineau pour l'exposition « Dust » de l'artiste Herman Kolgen. CPF remercie Patrimoine canadien, Voyages Rideau Travel, Park-Ex Pictures et les donateurs individuels de leur soutien pour cette activité.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

CPF demande l'annulation de la décision du CBE

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) demande au Calgary Board of Education de reconsidérer sa décision d'éliminer les cours de français de base obligatoires de sa communauté.

« CPF soutient fermement le choix des parents et des élèves parce qu'il n'y a pas un programme qui fonctionne pour tous les élèves, mentionne la présidente de CPF, Lisa Marie Perkins. Mais enlever totalement l'exigence pour les élèves de recevoir tout enseignement de la langue seconde ne présente aucune autre possibilité, elle les élimine. »

Selon le nouveau programme, les administrateurs des écoles indépendantes auront la permission de déterminer si l'enseignement de la langue seconde est pertinent ou non pour les élèves de 4e à 6e année dans leur établissement d'enseignement. Avant, les écoles de Calgary devaient offrir un enseignement de la langue seconde minimum afin de constituer un programme de français de base ou un équivalent, et ce, de la 4e à la 9e année, avec la possibilité d'offrir plus d'heures d'enseignement du français selon la décision de chaque école. La nouvelle politique peut techniquement avoir ouvert la porte à des possibilités en éliminant une composante obligatoire pour les jeunes moins âgés, comme le fait remarquer le CPF, mais ces possibilités sont superficielles et ne se traduisent pas par une plus grande accessibilité à des programmes.

« Les écoles de chaque district peuvent faire ce qu'elles veulent pour les jeunes étudiants, alors il reste à voir la façon dont beaucoup d'écoles choisiront une approche bilingue ou multilingue, mentionne Lisa Marie Perkins. Il se peut que cela mène à des coupures ou des réductions dans les choix de programmes et peut-être que Calgary commencera à voir des systèmes d'admission au hasard ou des limites d'inscriptions contaminer les écoles qui n'offrent aucun programme de langue seconde. L'expérience a démontré que l'accès à des programmes de français langue seconde (FLS) de qualité est réduit conformément à des accusations d'élitisme lorsqu'ils doivent faire compétition à des programmes d'anglais seulement qui sont perçus à tort comme étant plus convenable au niveau international. Chaque étudiant mérite une chance d'exceller en FLS. »

Le directeur général de CPF, James Shea, partage la préoccupation de Lisa Marie Perkins : « Cette décision n'a pas été prise en consultation avec les parents, ni même avec les porte-parole des parents, comme le "Calgary chapter of Canadian Parents for French". Sur quoi s'est fondée cette décision si les familles locales n'ont même pas pu exprimer leurs commentaires? Les conseils scolaires sont supposés écouter les personnes qu'ils représentent, pas de décider ce qui est le mieux pour elles sans les consulter. D'un point de vue de la direction, cette décision a été hâtive au mieux. »

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Concours « Français pour mon succès » : découvrez les gagnants de la cuvée 2011!

Ottawa, le 17 mars 2011 – L'Association de la presse francophone (APF) et Canadian Parents for French (CPF) ont le plaisir d'annoncer le nom des gagnants de l'édition 2011 du concours « Français pour mon succès ».

Les quatre grands gagnants sont Ksenia Pinski de l’école Eric Hamber Secondary School de Vancouver (région de l’Ouest et du Nord) ; Will Medeiros de Regiopolis-Notre Dame de Kingston (Ontario) ; Robyn Brewer de Pierrefonds Comprehensive High School de Pierrefonds (Québec) ; et Ashna Hammad-Asim de Harbourview Montessori School de Sydney, Nouvelle-Écosse (région des provinces de l’Atlantique). Les articles ont été sélectionnés par un jury pour la qualité globale de la langue et leur originalité.

Les gagnants auront la chance de voir leurs articles publiés dans les journaux de l’APF et recevront une bourse d’études de l’Université d’Ottawa, de même qu’un ensemble de produits francophones.

Six journalistes en herbe ont également été retenus à titre de finalistes dans leurs régions respectives. Il s’agit de Emily Drouin et Danica Lagassé de l’école Regiopolis-Notre Dame de Kingston (Ontario) ; Christophe Marmouche de St. Paul’s Jr. High de St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, et Laura Bailey de St. Paul’s Intermediate de Gander, Terre-Neuve-et-Labrador (région des provinces de l’Atlantique) ; et de Cristina Makowecki et Kellie Sych de l’École St. Thomas de Lloydminster, Saskatchewan (région de l’Ouest et du Nord).

« CPF est très heureux du succès remporté par l’édition 2011. Au total, c’est plus que100 soumissions qui nous ont été envoyées et c’est là la preuve que le français est effectivement un gage de succès pour l’avenir de nos jeunes » affirme Lisa Marie Perkins, présidente de CPF. « Je tiens à féliciter tous les gagnants du concours et les invite à continuer à faire usage du français dans leur vie quotidienne. Les élèves des programmes de français langue seconde sont importants pour nos communautés en ce sens qu’ils y apportent une richesse et une diversité inspirante », souligne quant à lui le président de l’APF, Étienne Alary.

Rappelons que pour participer au concours, les jeunes devaient soumettre un article rédigé en français racontant pourquoi ils considèrent le français important dans leur vie.

L’Association de la presse francophone et Canadian Parents for French souhaitent remercier leur principal bailleur de fonds dans ce projet, Patrimoine canadien, de même que tous les partenaires qui ont permis de récompenser les gagnants et les finalistes : l’Université d’Ottawa, l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), qui permettra de faire découvrir la musique d’artistes francophones aux jeunes et les éditions Scholastic.

Pour consulter les articles gagnants, surveillez vos journaux locaux d’ici la fin du mois de mars ainsi que les sites Internet de l’APF et de CPF.

- 30 -

Au sujet de l’APF

L’Association de la presse francophone (APF) est le réseau des journaux francophones canadiens en milieu minoritaire. Sa mission est d’appuyer et de représenter ses membres afin de contribuer à l’épanouissement et à l’utilisation de la presse francophone, ainsi qu’à la vitalité des communautés francophones du Canada.

www.apf.ca
Informations : Geneviève Gazaille, 613.241.1017, communications@apf.ca

Au sujet de CPF

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes.

www.cpf.ca
Informations : Nicole Chatelain, 613.235.1481 poste 26, nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Des diplômés des cours d’immersion à la barre de Canadian Parents for French

OTTAWA—Le 16 octobre 2010 est un jour historique pour Canadian Parents for French (CPF) lorsque les délégués à la 34e Assemblée générale annuelle de l’organisation ont élu une diplômée des cours d’immersion française comme présidente nationale, une première dans les annales de l’organisation. Mme Lisa Marie Perkins, originaire de l’Alberta, agit en qualité de porte-parole du Conseil national d’administration depuis plusieurs années. À titre de présidente, elle représentera un réseau d’environ 26 000 membres de partout au Canada qui appuient l’avancement des possibilités d’apprentissage du français langue seconde (FLS) pour les jeunes du Canada.

Mère d’un fils de treize ans, qui étudie le FLS, Mme Perkins souhaite que son leadership incite un plus grand nombre d’étudiants au Canada à s’inscrire aux cours de FLS. « J’ai suivi le programme d’immersion française comme étudiante et maintenant comme parent, a déclaré Mme Perkins. Je sais par expérience ce que le FLS permet d’accomplir. Je suis honorée et impatiente de représenter cette formidable collectivité et de diffuser son message partout au pays, un message selon lequel chaque étudiant au Canada peut devenir bilingue et mérite de faire de ce rêve une réalité. »

Mme Perkins est appuyée par un conseil d’administration diversifié, dont fait partie M. Jordan Wright, le vice-président national nouvellement élu. M. Wright est aussi un diplômé du programme d’immersion française et tous les deux, Mme Perkins et M. Wright, constituent un exemple de l’évolution considérable de la structure de gouvernance de CPF, alors que des étudiants, ayant bénéficié des efforts déployés par l’organisation au fil des ans, en sont devenus les dirigeants.

« Les Albertains ont un lien unique avec le bilinguisme officiel, a déclaré Mme Perkins. Certaines personnes au Canada pourraient être surprises d’apprendre que de nombreuses personnes sont pour le bilinguisme en Alberta, et je peux dire avec fierté que les Albertains francophiles sont présents et actifs dans leur collectivité. L’Alberta peut compter sur une base solide en matière de dualité linguistique, une base dont je me réclame et qui ne craint pas de faire preuve d’activisme et de relever les défis. »

Mme Perkins est diplômée en science politique, en histoire et en français, de la Simon Fraser University, et est titulaire d’une maîtrise en leadership et formation, de la Royal Roads University. Actuellement, elle travaille comme stratège organisationnelle pour la Ville de Red Deer, en Alberta, et elle travaille également avec d’autres organisations communautaires dans le but de faciliter la planification stratégique et les séances d’apprentissage.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French publie un rapport de recherche relativement au soutien offert aux programmes de français langue seconde

OTTAWA—L’accès inéquitable aux programmes de français langue seconde (FLS) au Canada nuit aux jeunes, selon le Canadian Parents for French (CPF).

Le CPF, qui est un groupe de pression composé de parents encourageant les étudiants à apprendre le français et à s’en servir au Canada, a publié un rapport intitulé l’État de l’enseignement du français langue seconde au Canada en 2010. Ce rapport, qui est le dernier d’une série de rapports publiés généralement aux deux ans et coïncidant avec les conférences nationales biennales de CPF tenues à Ottawa, est axé sur l’importance de favoriser l’accès aux programmes de FLS à l’échelle nationale.

« Depuis de nombreuses années, les intervenants de CPF identifient des obstacles à l’accès », a déclaré le président du CFP, M. David M. Brennick. « Les limites en matière d’inscription, la diversité des programme, les frais de transport, les critères d’admission et les points d’entrée restreints dans les petites collectivités rurales et éloignées empêchent de nombreux étudiants d’y participer. De plus, il existe d’importants écarts en ce qui concerne la pratique adoptée par les arrondissements scolaires quant à l’inclusion des étudiants en difficulté et des étudiants allophones et à l’appui qui leur est offert.

Ce manque d’accès pour les étudiants allophones (dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais) est abordé en détail dans une étude de recherche commandée par le CPF et menée par Docteure Callie Mady. Cette étude de recherche fait partie des résultats du rapport et fait état des obstacles en matière d’accessibilité auxquels font face les néo-Canadiens.

Les familles allophones sont parmi les plus ardents défenseurs du FLS au Canada, note le directeur général de CPF M. James Shea. « Même si 80 % d’entre elles n’ont pas reçu de renseignements sur la possibilité de cours d’immersion au sein du système scolaire, les parents allophones désirent que leurs enfants suivent des cours de seconde langue officielle. En raison de l’absence de politiques ministérielles transparentes, 33 % des étudiants allophones interrogés ont déclaré que leur école leur avait déconseillé de suivre un cours d’immersion et 42 % que leur école leur avait défendu de s’inscrire à un tel cours. »

D’après le CPF, un tel écart entre le soutien allophone pour les programmes FLS et l’accès à ces programmes témoigne de l’état actuel de l’enseignement du FLS au pays, un écart qui doit être comblé si le Canada souhaite tracer la voie véritable en matière d’égalité aux nouveaux arrivants. Le CPF insiste que le gouvernement du Canada et les ministères de l’éducation provinciaux et territoriaux corrigent la situation en favorisant l’accès universel aux programmes de FLS à tous les étudiants canadiens, y compris les étudiants allophones qui autrement se trouvent défavorisés.

Pour obtenir une copie du rapport, veuillez visiter le site Web de CPF à : www.cpf.ca.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French (CPF) et l’Université d’Ottawa sélectionnent cinq étudiants canadiens pour recevoir une bourse d’études de 20 000 $

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) est fier d’annoncer le nom des cinq lauréats de la huitième édition annuelle du Concours national d’art oratoire de CPF, qui s’est tenu à l'Université d’Ottawa le 29 mai 2010.

Le Concours d’art oratoire, un concours organisé conjointement avec l’Université d’Ottawa pour la sixième année consécutive, est un événement national auquel les compétiteurs participent après avoir d’abord gagné la finale provinciale ou territoriale. Les lauréats des cinq catégories, axées sur le niveau de compétence en français, remportent chacun une offre bourse d’études de 20 000 $ de l’Université d’Ottawa, qui a généreusement été fournie à titre de don par l’Université. Chaque participant reçoit une bourse de 2 000 $ et commençant cette année, chaque participant qui gagne deuxième place dans leur catégorie reçoit une bourse de 5 000 $. Le concours de cette année a accueilli 37 étudiants du secondaire dans la capitale du Canada pour la compétition et un peu de tourisme.

« C’est la huitième année que le Concours d’art oratoire est organisé à l’échelle nationale et il ne fait que s’améliorer chaque année, déclare David M. Brennick, président de CPF. Les étudiants que nous avons vus participer aujourd’hui sont très doués et ont travaillé très dur pour se rendre jusqu’ici. Ce concours démontre véritablement que les étudiants canadiens sont déterminés à réussir sur le plan linguistique, et c’est exactement la raison pour laquelle nous, au CPF, appuyons cette cause. Ces étudiants sont intelligents et chacun de ces 37 adolescents mérite notre reconnaissance.»

Le CPF félicite les lauréats suivants :

Français de base
Première place : Charles Park (Richmond Hill, Ontario)
Deuxième place : Tanisha Gallichon (Gatineau, Québec)
Troisième place : Jenny Tan (Coquitlam, Colombie-Britannique)

Français de base étendu
Première place : Sarah Hillier (Amherst, Nouvelle-Écosse)
Deuxième place : Carly Welham (Gimli, Manitoba)
Troisième place : Henry Annan (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Immersion tardive
Première place : Madeline Dodds (Mississauga, Ontario)
Deuxième place : Chuqiao Wang (Ottawa, Ontario)
Troisième place : Gerianne Rowe (Carbonear, Terre-Neuve-et-Labrador)

Immersion précoce
Première place : Hilary Ball (Fredericton, Nouveau Brunswick)
Deuxième place : Katrina Leong (Winnipeg, Manitoba)
Troisième place : Scott Harvey (Pointe-Claire, Québec)

Francophone
Première place : Yann Lacoste (Victoria, Colombie-Britannique)
Deuxième place : Alice Brun-Newhook (St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador)
Troisième place : Amber O’Reilly (Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest)

CPF remercie les organisations suivantes de leur contribution envers la tenue du concours : le ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada, l’Université d’Ottawa, Voyages Rideau, Radio Enfant-Ado, le Rideau Centre, ainsi que des donateurs individuels.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French (CPF) et l’Université d’Ottawa sélectionnent cinq étudiants canadiens pour recevoir une bourse d’études de 20 000 $

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) est fier d’annoncer le nom des cinq lauréats de la huitième édition annuelle du Concours national d’art oratoire de CPF, qui s’est tenu à l'Université d’Ottawa le 29 mai 2010.

Le Concours d’art oratoire, un concours organisé conjointement avec l’Université d’Ottawa pour la sixième année consécutive, est un événement national auquel les compétiteurs participent après avoir d’abord gagné la finale provinciale ou territoriale. Les lauréats des cinq catégories, axées sur le niveau de compétence en français, remportent chacun une offre bourse d’études de 20 000 $ de l’Université d’Ottawa, qui a généreusement été fournie à titre de don par l’Université. Chaque participant reçoit une bourse de 2 000 $ et commençant cette année, chaque participant qui gagne deuxième place dans leur catégorie reçoit une bourse de 5 000 $. Le concours de cette année a accueilli 37 étudiants du secondaire dans la capitale du Canada pour la compétition et un peu de tourisme.

« C’est la huitième année que le Concours d’art oratoire est organisé à l’échelle nationale et il ne fait que s’améliorer chaque année, déclare David M. Brennick, président de CPF. Les étudiants que nous avons vus participer aujourd’hui sont très doués et ont travaillé très dur pour se rendre jusqu’ici. Ce concours démontre véritablement que les étudiants canadiens sont déterminés à réussir sur le plan linguistique, et c’est exactement la raison pour laquelle nous, au CPF, appuyons cette cause. Ces étudiants sont intelligents et chacun de ces 37 adolescents mérite notre reconnaissance.»

Le CPF félicite les lauréats suivants :

Français de base
Première place : Charles Park (Richmond Hill, Ontario)
Deuxième place : Tanisha Gallichon (Gatineau, Québec)
Troisième place : Jenny Tan (Coquitlam, Colombie-Britannique)

Français de base étendu
Première place : Sarah Hillier (Amherst, Nouvelle-Écosse)
Deuxième place : Carly Welham (Gimli, Manitoba)
Troisième place : Henry Annan (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Immersion tardive
Première place : Madeline Dodds (Mississauga, Ontario)
Deuxième place : Chuqiao Wang (Ottawa, Ontario)
Troisième place : Gerianne Rowe (Carbonear, Terre-Neuve-et-Labrador)

Immersion précoce
Première place : Hilary Ball (Fredericton, Nouveau Brunswick)
Deuxième place : Katrina Leong (Winnipeg, Manitoba)
Troisième place : Scott Harvey (Pointe-Claire, Québec)

Francophone
Première place : Yann Lacoste (Victoria, Colombie-Britannique)
Deuxième place : Alice Brun-Newhook (St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador)
Troisième place : Amber O’Reilly (Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest)

CPF remercie les organisations suivantes de leur contribution envers la tenue du concours : le ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada, l’Université d’Ottawa, Voyages Rideau, Radio Enfant-Ado, le Rideau Centre, ainsi que des donateurs individuels.

-30-

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Un rapport de recherche constitue une étape importante pour répondre aux besoins linguistiques postsecondaires des étudiants

OTTAWA—Canadian Parents for French (CPF) est heureux de Deux langues, tout un monde de possibilités : L’apprentissage en langue seconde dans les universités canadiennes,une étude publiée hier par le Commissariat aux langues officielles (CLO) qui passe en revue l’état de l’éducation postsecondaire dans la seconde langue officielle au Canada. Les résultats de l’étude confirment qu’il existe trop peu d’occasions d’apprentissage de la langue seconde pour les étudiants qui entrent présentement à l’université au Canada, une opinion que partage CPF.

« Ce rapport confirme le fait que les étudiants, au Canada, ont besoin de plus nombreuses occasions d’étudier en français dans un environnement académique que les quelques-unes qui existent présentement », a déclaré David M. Brennick, président national de CPF. « La transition de l’école secondaire à l’université est une période cruciale pour la rétention du programme et, avec la pénurie de programmes de français langue seconde (FLS) disponibles dans les universités, l’attrition est extrêmement courante à cette époque. »

CPF note dans le contenu du rapport certains points d’intérêt particuliers, notamment la nécessité que des programmes réussis soient créés « selon une démarche ascendante, grâce à la participation de la collectivité», ainsi qu’une recommandation à l’effet que CPF « pourrait travailler en collaboration avec les gouvernements, les établissements et d’autres organismes établis dans chacune des provinces et chacun des territoires afin de les inciter à élaborer des propositions adaptées à leurs besoins.» CPF serait enchanté d’accepter cette responsabilité. « C’est au niveau de la collaboration, dans chaque collectivité, entre les parents, les enseignants, les élèves, les commissions scolaires et les groupes communautaires, que s’accomplit le véritable travail à l’endroit du bilinguisme », a poursuivi M. Brennick. « CPF est heureux que le CLO se tourne vers nous pour obtenir des appuis. Nous espérons énormément qu’à l’occasion de cette étude, les gouvernements n’examineront pas seulement leurs politiques pour répondre de façon intrinsèque aux besoins d’une main-d’œuvre bilingue au niveau de l’université, mais que des activistes consolideront leurs relations avec les gouvernements et les institutions d’enseignement, à tous les niveaux, pour que des politique en émergent à la suite d’un travail d’équipe et de compréhension mutuelle. »

Le rapport comprend des recommandations afin de documenter « la demande des employeurs et du marché du travail concernant la connaissance d’une langue seconde» , ainsi que « des données et des renseignements supplémentaires sur l’apprentissage de la langue seconde à l’université» ; CPF se fait l’écho de ces recommandations et souhaite que le gouvernement du Canada suive avec un plan d’action, pour l’éducation postsecondaire, qui comprendra un examen des besoins linguistiques des étudiants.

En plus du rapport, le CLO a également lancé une carte interactive qui détaille les différents programmes pancanadiens universitaires en langue seconde afin d’aider à renseigner les étudiants au niveau de leurs options. « C’est un outil utile pour les étudiants et les conseillers en orientation », en a conclu M. Shea. « Connaître les occasions qui existent au-delà de l’école secondaire va encourager un plus grand nombre d’étudiants à poursuivre leur apprentissage du FLS au niveau secondaire. »

- 30 -

Pour consulter l’étude et la carte interactive, veuillez visitez www.ocol-clo.gc.ca.

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :

Nicole Chatelain, Communications Officer/Agente de communication
Tel/Tél: 613.235.1481 x26 Email/Courriel: nchatelain@cpf.ca


‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French pleure la disparition de M. Wallace Lambert

OTTAWA, le 11 septembre 2009 – C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons aujourd’hui la disparition du chercheur de renommée mondiale Wallace Earl Lambert le dimanche 23 août 2009, à la suite des complications d’une pneumonie.

M. Wallace est né le 31 décembre 1922 à Amherst, Nouvelle-Écosse, et a déménagé en compagnie de sa famille à Taunton, Massachusetts, pendant la Grande dépression. Il a effectué ses études de premier cycle à l’Université Boston de Providence, Rhode Island, pour compléter une MA et un baccalauréat à la Colgate University et à l’Université de North Carolina.

M. Wallace a été professeur au département de Psychologie de l’Université McGill de 1954 jusqu’à sa retraite en 1990, alors qu’il a reçu un éméritat. Ses recherches d’avant-garde au niveau de la psychologie du bilinguisme lui ont mérité le titre de « père de la recherche sur le bilinguisme ».

Son étude qui a fait date, en 1960, représente un jalon dans la recherche au niveau des effets cognitifs de la connaissance de deux langues. Elle a démontré que les individus bilingues pouvaient en fait dépasser les individus unilingues au niveau de certaines tâches cognitives – contredisant des études plus anciennes soutenant que l’acquisitions de deux langues pouvaient entrainer des déficits cognitifs. Les études de M. Wallace sur les attitudes et les perceptions bilingues eurent une encore plus grande influence, car ces études créèrent une toute nouvelle discipline en psychologie : la psychologie sociale de la langue.

M. Wallace a continué, en compagnie de ses collègues de McGill, en étudiant la création du premier programme d’immersion en langue seconde au Canada à St. Lambert, au Québec. Le programme avait été lancé par des parents anglophones qui désiraient une éducation en langue française efficace pour leurs enfants, après avoir réalisé que la programmation en français de base enseignée dans les écoles anglaises ne fournissait pas une maîtrise suffisante de la langue. L’intérêt et la recherche précoces de M. Lambert ont ouvert la voie pour que l’immersion française devienne le programme éducatif le plus soigneusement étudié. « The Bilingual Education of Children: The St. Lambert Experiment » est une des études les plus fréquemment citées dans le domaine de l’histoire de l’éducation bilingue. Elle sert aujourd’hui de guide pour plusieurs autres expériences en éducation bilingue, non seulement au Canada mais ailleurs dans le monde.

Le Canada vient de perdre un des ses cerveaux les plus dévoués et passionnés ; les efforts incessants de M. Wallace à l’endroit de la promotion du bilinguisme demeureront éternellement en mémoire et seront fort regrettés.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens. L’organisme compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Informations :
Patrick Bisson, webmestre/communications
Tél.: 613.235.1481, poste 22 Courriel : pbisson@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Canadian Parents for French appuie avec fierté la signature du Protocole des langues officielles dans l’enseignement

OTTAWA, le 11 septembre 2009 - l’honorable James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, et l’honorable Diane McGifford, ministre de l’enseignement postsecondaire et de la litéracie du Manitoba, également présidente du Conseil des ministres de l’éducation du Canada (CMÉC), ont annoncé vendredi le 4 septembre le renouvellement du Protocole des langues officielles dans l’enseignement pour l’éducation en langue minoritaire et en langue seconde. Approximativement 938 millions $ seront investis en quatre ans, au niveau d’ententes bilatérales provinciales et territoriales, afin de complémenter l’éducation en langue minoritaire et l’enseignement de la langue seconde.

Le protocole ouvre la voie à des ententes bilatérales au niveau de l’éducation dans les deux langues officielles. En vertu du protocole, le gouvernement fédéral va investir plus d’un milliard de dollars sur une période de quatre ans au niveau de la prestation en éducation de la langue minoritaire et de l’enseignement de la langue seconde des provinces et territoires (anglais au Québec et français dans les autres provinces et territoires). Le protocole, en vigueur de 2009–2010 à 2012–2013, réitère les objectifs poursuivis dans les protocoles précédents et comprend, pour la première fois, un cadre de résultats attendus qui servira de base à l’élaboration de cibles de performance et d’indicateurs au niveau des plans d’action provinciaux et territoriaux. Ce cadre permettra aux gouvernements de fournir de renseignements publics appropriés et en temps opportun au sujet des résultats de cette collaboration intergouvernementale.

« Cette entente constitue une autre importante étape du plan de notre gouvernement en vue d’assurer que les deux langues officielles de notre pays font l’objet de promotion et de respect », a déclaré le ministre Moore. « Pour avoir moi-même étudié dans un programme d’immersion de l’école élémentaire à l’école secondaire, je peux attester personnellement de la valeur d’avoir l’occasion d’apprendre dans notre seconde langue officielle. Je suis fier que notre gouvernement se tienne debout pour l’enseignement de la seconde langue officielle et de la langue minoritaire en effectuant un investissement aussi important. »

L’investissement du gouvernement du Canada au niveau des langues officielles découle, en partie, de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013 : agir pour l'avenir. La Feuille de route représente un investissement sans précédent, à l’échelle du gouvernement tout entier, et réaffirme l’engagement du gouvernement à l’endroit de la dualité linguistique et de la vitalité des communautés de langue minoritaire.

Cette nouvelle prometteuse coïncide avec le 40e anniversaire de la Loi sur les langues officielles, entrée en vigueur le 9 septembre 1969, qui veille à ce que le français et l’anglais disposent d’un statut égal comme langues canadiennes du gouvernement et de la justice. La Loi a étendu la portée de la garantie constitutionnelle au niveau de l’utilisation des deux langues au Parlement et dans les cours fédérales (établie dans la section 133 de la Loi constitutionnelle, 1867) pour s’appliquer à toutes le institutions fédérales, y compris les ministères fédéraux, les agences et les sociétés d’État, de même que les organismes quasi judiciaires et les agences administratives.

Canadian Parents for French est extrêmement heureux d’appuyer la signature du Protocole des langues officielles dans l’enseignement, et anticipe les occasions prometteuses qu’elle offre aux Canadiennes et aux Canadiens.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens. L’organisme compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Informations :
Patrick Bisson, webmestre/communications
Tél.: 613.235.1481, poste 22 Courriel : pbisson@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Bourses de 20 000 $ accordées à cinq étudiants canadiens pour excellence en art oratoire

Ottawa - Canadian Parents for French (CPF) annonce avec plaisir les lauréats du Concours d’art oratoire national de cette année qui a eu lieu à l’Université d’Ottawa, le samedi 30 mai.

CPF et l’Université ont accueilli vendredi 35 étudiants dans la capitale nationale dans le cadre du concours d’art oratoire reconnu que tient CPF chaque année. Les concurrents rivalisent dans cinq catégories pour la première place dotée d’une bourse de 20 000 $ à l’Université d’Ottawa accordée à des étudiants admissibles. Les participants au niveau national viennent de partout au Canada et arrivent à Ottawa ayant déjà gagné au niveau de leur école, de leur région et, enfin, de leur province ou territoire.

« Ce n’est pas une petite affaire pour ces participants d’atteindre les finales nationales. Le fait d’en arriver là est en soi une réalisation extraordinaire, et tous les étudiants qui ont concurrencé aujourd’hui méritent d’être reconnus pour être de talentueux orateurs en langue française », a déclaré le président de CPF, David M. Brennick, après le concours de samedi.

Ce concours national comporte cinq catégories linguistiques, soit le français de base, le français de base étendu, l’immersion française tardive, l’immersion française précoce et francophone. En plus des cinq grands prix donnant droit à une bourse de 20 000 $, l’Université d’Ottawa offre à chacun des 35 finalistes une bourse d’entrée de 2 000 $.

Les lauréats de la catégorie français de base sont :
1ère place—Suhani Thakore, Burnaby, Colombie-Brittanique
2 e place—Carolina Crescenzi, Winnipeg, Manitoba
3e place—Kimberly Martin, Gatineau, Québec

Les lauréats de la catégorie français de base étendu sont :
1ère place—Matthew Blackshaw, Owen Sound, Ontario
2e place—Anja Bielefeld, Port-Aux-Basques, Terre-Neuve et Labrador
3e place— Regina Prost, Yorkton, Saskatchewan

Les lauréats de la catégorie immersion française tardive sont :
1ère place—Khue-Tu Nguyen, Burnaby, Colombie Brittanique
2e place—Stephen Spence, Rothesay, Nouveau Brunswick
3e place—Suganya Kandasamy, Dollard-des-Ormeaux, Québec

Les lauréats de la catégorie immersion française précoce sont :
1ère 2 place—Naomi Francis, Delta, Colombie-Brittanique
2e place—Anton Stefani, Rothesay, Nouveau Brunswick
3e place—Joe McGrade, Toronto, Ontario

Les lauréats de la catégorie francophone sont :
1ère place—Sandra Uwase, Ottawa, Ontario
2e place—Imane Habi, Pierrefonds, Québec
3e place—Emily Briand, Mainland, Terre-Neuve et Labrador

CPF remercie les organisations suivantes de leur contribution envers la tenue du concours : le ministère du Patrimoine canadien du gouvernement du Canada, l’Université d’Ottawa, la carte Mosaik Mastercard de la Banque de Montréal, Voyages Rideau Travel, Radio Enfant-Ado, le Rideau Centre, Cineplex Odeon, ainsi que des donateurs individuels.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :
Nicole Chatelain, agente de communication
Tél : 613.235.1481 x26 courriel : nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Trois étudiants se voient décerner le grand prix du concours Allons en France 2009 : un voyage de dix jours en France

Ottawa - Canadian Parents for French (CPF) et l’Ambassade de France sont heureux de rendre public les noms des lauréats du concours Allons en France 2009, qui ont gagné le grand prix : un voyage de 10 jours en France.

Les gagnants sont Katie Chung de Prince of Wales Secondary School à Vancouver, Colombie-Brittanique ; Sandra Uwase de St Paul Secondary School à Ottawa, Ontario ; et Meriam Hurmiz de Holy Names Secondary School à Windsor, Ontario. L’enseignante Ana Baptista, qui enseigne le français à l’école Blessed Mother Theresa Secondary School à Scarborough, Ontario, sera également du voyage ; son nom a été tiré au sort.

« Ce concours donne à plusieurs étudiants l’occasion de se servir de la langues française de façon créatrice, » a affirmé le président de CPF, David M. Brennick. « Le thème de cette année était les arts urbains et la culture, un genre d’art qui interpelle vraiment les jeunes d’aujourd’hui. En procurant aux étudiants du FLS une occasion de recourir au français en dehors de leurs salles de classes, et dans le cadre d’une forme artistique qu’embrassent un grand nombre de jeunes au Canada, les jeunes ont la chance de réaliser le côté amusant du français, un côté qui les aide à vraiment mettre à l’épreuve leur vocabulaire de façon novatrice et excitante. »

Chaque étudiant participant devait soumettre un texte rédigé en français illustrant l’avenir. En se servant des dix mots fournis, l’élève devait montrer que les mots sont des outils qui permettent d’informer, de communiquer et de se relier les uns aux autres, et peuvent contribuer à illustrer l’avenir. Il y avait aussi une directive de formuler une création au genre de culture urbaine. Chaque soumission a été évaluée en fonction de son originalité, de la qualité du français utilisé et de l’élaboration de son contenu.

« La langue française transcende les frontières nationales, et c’est pourquoi il est vraiment formidable de pouvoir réunir des étudiants de partout au monde dans une célébration de la beauté de cette langue, » a déclaré Etienne Manuard, l’attaché de coopération éducative au Service culturelle de l’ambassade de Frace. « Le partenariat de l’ambassade avec CPF est important, non seulement parce que les parents canadiens attachent de l’importance au français, mais aussi parce que les étudiants devraient avoir l’occasion de vraiment réaliser la place qu’occupe le français au sein de la communauté francophone mondiale. C’est pour nous un honneur de travailler avec CPF, afin de concrétiser cela pour les élèves doués qui ont exprimé un don et leur amour à l’endroit de la langue française.»

Le grand prix du concours Allons en France est un voyage de 10 jours en France qui aura lieu en juillet 2009. Chaque prix comprend le transport, le logement et les repas, les activités et une assurance.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :
Nicole Chatelain, agente de communication
Tél : 613.235.1481 x26 courriel : nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

« Un espace commun » constitue un objectif important pour l’avenir du Canada

Ottawa - Canadian Parents for French (CPF) est extrêmement heureux de constater que le rapport annuel 2008-2009 rendu public par le Commissariat aux langues officielles, Deux langues officielles : un espace commun, correspond aux prises de positions de CPF.

Deux langues officielles : un espace commun, qui sert de rapport annuel pour l’année marquant le 40e anniversaire de la Loi sur les langues officielles, est le troisième rapport du genre publié par le commissaire actuel Graham Fraser. Les recommandations de M. Fraser, en matière d’éducation, sont de donner à tous les élèves qui étudient au Canada accès à l’éducation dans la seconde langue officielle.

« Les recommandations du commissaire Fraser reflètent la position de CPF à l’effet que chaque enfant devrait avoir un accès équitable aux programmes de français langue seconde », a déclaré le président de CPF David M. Brennick, en réaction au document qui vient d’être lancé aujourd’hui. « Nous sommes heureux de la recommandation d’agir, et de l’engagement plus ferme d’améliorer ce droit fondamental pour tous les étudiants au Canada. Nous reconnaissons également la nécessité d’une stratégie de défense de cause axée vers les occasions postsecondaires offertes aux étudiants.»

CPF est également heureux que le commissaire reconnaisse à la fois, dans son rapport, la contribution de l’organisation envers l’apprentissage des langues et la contribution d’ensemble de toutes les organisations appartenant au Réseau des partenaires en FLS. « La recommandation du ministre du Patrimoine du Canada de coordonner des mécanismes en vue de réunir tous les partenaires de l’apprentissage du français ou de l’anglais langue seconde au Canada était anticipée et bienvenue », a ajouté le directeur général de CPF James Shea. « Nous sommes extrêmement heureux que le commissaire reconnaisse que le Réseau des partenaires FLS est un groupe de partenaires important, qui travaille en vue d’assurer la représentation de la langue officielle. »

Cinq groupes travaillent ensemble, au sein de ce réseau, afin de coordonner les efforts en matière d’éducation en FLS. En plus de CPF, le réseau comprend l’Association canadienne des professeurs d’immersion, l’Association canadienne des professeurs de langues secondes, la Société éducative de visites et d’échanges au Canada et Le français pour l’avenir.

CPF est tout d’abord mentionné à la page 6 du rapport, avec deux références à Pat Webster et Jos Craven Scott, deux bénévoles exceptionnels qui ont joué un rôle important au niveau de la fondation de l’association qui a maintenant 32 ans et ne cesse de réunir un nombre de plus en plus élevé de membres.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :
Nicole Chatelain, agente de communication
Tél : 613.235.1481 x26 courriel : nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

Une vidéo de CPF fait la promotion d’une saine identité bilingue

Ottawa - Canadian Parents for French (CPF) s’apprête à lancer vendredi une nouvelle vidéo destinée à promouvoir l’enseignement du français langue seconde (FLS) auprès des adolescents canadiens.

La vidéo de sept minutes, intitulée I Want to Become Bilingual Because et produite par Collings Media, comprend une série d’entrevues avec des élèves du FLS de partout au pays. Les étudiants, dont l’âge s’étend du niveau primaire au secondaire, répondent à des questions au sujet de l’importance, pour eux, d’apprendre le français.

« Cette vidéo présente l’image d’un type d’étudiant dont le nombre augmente dans toutes nos provinces et tous nos territoires », a déclaré James Shea, directeur général de CPF. « Un type d’étudiant fier d’apprendre le français plutôt que de l’étudier à contrecœur. Un(e) étudiant(e) conscient(e) des opportunités et des carrières qui lui seront ouvertes grâce à ses compétences en français. Un(e) étudiant(e) qui, dans bien des cas, a réalisé tout cela avant même d’entreprendre l’école intermédiaire. »

Il sera possible de télécharger la vidéo à partir du site www.cpf.ca à la suite du lancement de vendredi midi. Les membres de CPF peuvent également en recevoir un exemplaire sur DVD en téléphonant au bureau national de CPF à Ottawa, au 613-235-1481. Ce DVD comprendra une version légèrement remaniée de Proud of Two Languages, la plus récente vidéo précédente de CPF produite en 1995, ainsi que I Want to Become Bilingual Because, le programme principal.

Le lancement aura lieu ce vendredi-ci à 11h00, dans la bibliothèque de l’école South Hull School, 86 Promenade Crescent, Gatineau (Québec). Deux étudiantes de South Hull sont en vedette dans la vidéo. Pour obtenir un laissez-passer média afin d’assister au lancement, veuillez communiquer avec Nicole Chatelain au 613.235.1481, poste 26.

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :
Nicole Chatelain, agente de communication
Tél : 613.235.1481 x26 courriel : nchatelain@cpf.ca

‹ Back

‹ Back

40 ans de bilinguisme constituent un droit plutôt qu’un fardeau

Ottawa - Quatre décennies et six commissaires aux langues officielles plus tard, la Loi sur les langues officielles (LLO) du Canada s’est avérée une initiative judicieuse pour faire progresser les droits et les possibilités des gens partout au pays – et selon Canadian Parents for French (CPF), la meilleure façon de rendre hommage à cette initiative est d’en garantir la poursuite à l’avenir.

La LLO célèbre cette année son quarantième anniversaire. Adoptée sous le parlement de Pierre Elliott Trudeau en 1969, la LLA protège le droit de toutes les Canadiennes et de tous les Canadiens d’avoir accès aux services fédéraux dans la langue officielle de leur choix – le français ou l’anglais. Et bien que certains puissent soutenir que la LLO n’est plus nécessaire ou pertinente en notre époque d’instabilité économique, le président de CPF David M. Brennick rappelle aux Canadiens que le bilinguisme est non seulement un élément apprécié de l’identité canadienne, mais également un élément intégral de la composition démographique du pays.

« Grâce à la Loi sur les langues officielles, des millions de Canadiens ont été en mesure d’exercer leur autonomie et de disposer d’un choix réel pour obtenir, interpréter et livrer les services fédéraux qui nous gardent unis », a déclaré vendredi M. Brennick. Il a ajouté qu’au milieu d’une récession mondiale, il est important d’augmenter l’accessibilité générale des services publics essentiels, plutôt que limiter le financement de programmes qui ne sont pas directement reliés au développement fiscal.

« Ce n’est pas le temps de soutenir que les enjeux reliés aux droits linguistiques constituent des préoccupations inférieures au sauvetage des industries ou aux plans de création d’emplois. Les droits linguistiques sont précisément essentiels à la fonctionnalité de ces systèmes ; le gouvernement doit être responsable de chacun de ses citoyens, dans chaque partie de ce pays diversifié et multilingue. »

CPF est d’avis qu’un anniversaire n’est pas seulement une occasion de célébrer, mais aussi l’occasion d’innover et de réfléchir. Les 40 prochaines années vont nous mener à la première moitié du 21e siècle, qui sera certainement une époque de progrès et de développement social, et CPF espère que le gouvernement profitera de ces années pour étendre et améliorer les programmes d’immersion française du pays, renommés à travers le monde. « Il est important de redéfinir l’immersion française, au niveau de notre conscience nationale, comme étant un programme universel et non-élitiste », a par ailleurs déclaré James Shea, directeur général de CPF. « Nos recherches ont établi à maintes reprises que les étudiants ayant des difficultés d’apprentissage – de même que ceux qui apprennent le français comme troisième ou quatrième langue – peuvent obtenir les mêmes succès scolaires dans un programme approprié de français langue seconde. »

L’actuel ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, James Moore, est le premier Canadien anglophone à occuper ce poste au sein du cabinet fédéral. « Il occupe le poste le plus élevé du pays au niveau de la responsabilité de rendre hommage à la culture et à l’identité canadiennes, et son engagement personnel envers le bilinguisme représente une évolution sociologique importante. »

- 30 -

Canadian Parents for French (CPF) est le réseau national de bénévoles qui estime que le français fait partie intégrante du Canada, et qui se consacre à promouvoir et à créer des occasions d'apprentissage du français langue seconde pour les jeunes Canadiens et Canadiennes. CPF compte présentement plus de 26 000 membres partout au pays.

Pour de plus amples renseignements :
Nicole Chatelain, agente de communication
Tél : 613.235.1481 x26 courriel : nchatelain@cpf.ca

‹ Back